Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un conseil pour choisir avec soin votre tenue avant de prendre l'avion ou le train

Publié par MaRichesse.Com sur 22 Septembre 2014, 06:15am

Catégories : #VOYAGE, #RELATIONS, #DEVELOPPEMENT, #SANTE-BIEN-ETRE

Un conseil pour choisir avec soin votre tenue avant de prendre l'avion ou le train

La veille d'un voyage, j’ai l’habitude de préparer ma tenue du lendemain en la posant sur la chaise de ma chambre à coucher. Je m’acquitte de cela tout en faisant ma valise, m’occupant autant des détails de mon costume de voyage que des éléments sélectionnés pour une utilisation ultérieure durant mon séjour.

C’est une habitude utile à plus d’un titre: quand je me réveillerai et que je devrai me dépêcher de rallier un centre de transit situé à un endroit peu commode, je n’aurai pas à prendre de décision brusque. Et je pourrai aussi judicieusement intégrer les différents éléments de ma tenue de voyage dans un éventail plus large d’options réunies pour le séjour –ce pantalon en coton s’accordera harmonieusement avec une autre chemise et ces chaussures plus élégantes se révèleront utiles quand je sortirai dîner avec un ami plus tard dans la semaine.

Mais la raison principale pour laquelle je fais un effort particulier pour préparer ma tenue de voyage, eh bien c’est que personne d’autre ne le fait.

N'ajoutez pas votre t-shirt miteux à l'assaut sensoriel

Parmi le chapelet de pantalons de pyjama, de survêtements, de chemises de nuit, de bleus de travail et de pulls mal ajustés que l’on rencontre dans les terminaux et les gares du monde par les temps qui courent, l’individu habillé de façon compétente se démarque comme une lueur de vie civilisée, une île de classe au milieu d’une marée de ploucs.

En m’habillant comme un être humain décent qui est conscient d’être en public, j’aime à penser que j’accomplis un mince acte de résistance contre un statu quo qui s'éternise. 

M’étant une fois de plus retrouvé face à ce fléau de négligence vestimentaire lors d’un récent voyage à l’étranger, je vous exhorte à vous joindre à moi. Habillez-vous décemment quand vous voyagez. Passer sept heures dans la clase turista pour aller jusqu’à Madrid est déjà suffisamment pénible sans que votre t-shirt miteux ne vienne encore s’ajouter à l’assaut sensoriel. 

 

Avant que vous ne m’accusiez d’élitisme, comprenez bien que je ne réclame pas un costume trois pièces pour chaque virée avec Easyjet ou Eurolines (même si cela n'aurait rien eu d’anormal il y a seulement quelques décennies), je n’ai pas non plus l’intention de vous dicter ce que vous devriez porter dans les confins teintés de votre voiture.

Je propose simplement que lors de trajets en transports partagés, chacun de nous s’habille «joliment» ou de façon «respectable» en fonction de ses moyens. Je ne peux certainement pas me payer une tenue spécialement dédiée au voyage, mais je peux faire en sorte de produire un joli pantalon, une chemise repassée, des chaussures qui n’exposent pas mes orteils et peut-être même une veste de sport légère ou un cardigan –le genre de chose que je porte généralement pour aller au travail– sans devoir déployer beaucoup d’effort ou d’argent.

Cela a des avantages pratiques

Bien sûr, vous vous dites, pourquoi donc s’embêter à se mettre sur son trente-et-un (je dirais à ne pas s’habiller décontracté) pour un voyage?

Permettez-moi de commencer par quelques considérations pratiques. Comme je vous le disais, il est sage de porter quand vous voyagez quelques-uns des habits auxquels vous voudriez à nouveau avoir accès plus tard. C’est ça d’économisé dans vos bagages et puis ce pantalon de training, vous n’avez pas prévu de le porter quand vous serez dans le «monde réel» de votre destination, n’est-ce pas? Pourquoi alors vous en encombrer? En outre, à moins que vous ne voyagiez dans une cabine dépourvue de climatisation et sans escale de Los Angeles à Sydney, vous allez probablement pouvoir porter vos habits une nouvelle fois (peut-être en vous servant de la vapeur de la douche pour les défroisser) avant de devoir les laver.

Un certain nombre de mes collègues et amis m’ont également fait remarquer que s’habiller décemment semblait attirer un traitement supérieur de la part des employés de transit.

Combinez ce traitement préférentiel avec l’un des avantages obtenus grâce à la posture du«Gentil Brontosaure» et vous risquez de vous retrouver à boire des cocktails juste derrière le cockpit, avec un nouvel ami bien nanti, rien qu'en prenant un soin basique de votre apparence. Et devinez quoi! Quand votre nouvel ami et vous arriverez à destination, vous n’aurez pas besoin d’interrompre l'amorce de votre conversation pour aller mettre quelque chose de convenable à votre hôtel. Il vous suffira de passer vous rafraîchir aux toilettes de l’aéroport pour filer ensuite prendre un café ou un verre, selon l’heure de votre arrivée.

Voyager, c'est une activité spéciale

Si ce type d’avantage pratique et social ne vous séduit pas, pensez aux bénéfices émotionnels d’une tenue élégante lorsque vous êtes entre la poire et le fromage –et non, je ne parle pas (seulement) de se sentir supérieur au commun des mortels.

Comme on le sait tous, voyager par les temps qui courent peut être quasiment barbare: l’espace est restreint, les repas dans les avions sont moroses et il faut payer pour tout, qu'il s’agisse de mettre des bagages en soute, de regarder la télé ou de grignoter des cacahuètes.

Le voyageur las a peu d’emprise sur ces choses-là, mais il en a sur sa propre tenue –et se sentir beau quand vous êtes entouré de barbarie peut être un puissant réconfort. En outre, malgré la déliquescence sans fin de l’expérience du voyage, le fait de voyager devrait être excitant –c’est une occasion spéciale! Vous vous offrez peut-être un cocktail dans l’avion ou un magazine frivole au kiosque du hall de la gare pour embellir l’expérience, aussi devriez-vous porter des habits flatteurs pour apporter une petite amélioration au voyage en tant qu’expérience singulière. 

 

Hélas, l’absence générale de respect pour le voyage en tant qu’expérience humaine intéressante digne d’être vécue semble être à l’origine de ce phénomène de paresse vestimentaire. Nombreux sont ceux parmi nous qui essaient de créer une passerelle privée et instantanée à travers l’espace-temps entre nos chambres à coucher et nos chambres d’hôtel, en prenant l’avion en pyjama ou le car avec des lunettes de soleil géantes; la mauvaise nouvelle, c’est qu’à moins qu’une avancée technologique soudaine ait lieu, la création d’une telle brèche est impossible. 

Ce qui est possible en revanche, c’est d’accueillir le voyage comme un processus qui a ses propres joies et difficultés. Et pour ce qui est de ces dernières en particulier, c’est l’occasion de partager l’espace public.

Il se peut en fait que le voyage –surtout en avion– soit pour de nombreuses personnes l’événement lors duquel elles sont le plus en public, le plus engagées dans la négociation d’espaces communs. Les Américains sont bien sûr férus de leur espace personnel, mais le voyage public nécessite de reconnaître qu’avions, trains et bus ne sont pas des extensions de nos salles à manger. La possibilité d’être anonyme ne veut pas dire que nous sommes invisibles pour autant. 

Lorsque nous soignons notre apparence pour voyager, nous ne faisons pas seulement bel effet; nous signalons aussi que nous faisons des efforts pour rendre cette expérience partagée plaisante pour tout le monde autour de nous.

Pensez-y comme à un contrat social vestimentaire: honorez-le et vos menus efforts feront du transit une activité plus plaisante; rompez-le et révélez votre narcissisme misanthrope envers le monde. Car comment qualifier autrement le fait de mettre son propre confort au-dessus du confort de tous? 

Source

Commenter cet article

Archives