Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi c'est en dormant que l'on apprend le mieux

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Septembre 2014, 05:06am

Catégories : #SOMMEIL, #SANTE-BIEN-ETRE

Pourquoi c'est en dormant que l'on apprend le mieux

C'est bien connu, après huit heures de sommeil nous sommes beaucoup plus performants qu'après avoir seulement dormi quatre ou cinq heures. Une bonne nuit est indispensable sur beaucoup de plans : elle aide à mieux apprendre, mieux se remémorer, mieux se concentrer. Si on connaissait l'importante jouée par le sommeil pour la mémoire, on en savait moins sur les régions du cerveau impliquées dans ce processus. Dans leur étude parue dans la revue NeuroImage des chercheurs de l'université de Montréal ont identifié celles qui jouaient un rôle clé.

 

 

Il s'avère que ce sont les régions du cerveau situées sous le cortex cérébral qui interagiraient de façon plus efficace après une nuit de sommeil. "Les régions sous-corticales sont très importantes dans la consolidation de l'information, surtout celle reliée à une trace mnésique motrice. Lorsque le niveau de consolidation est mesuré après une période de sommeil, on observe que la communication entre les différentes régions de ce réseau est plus optimale. Ce qui n'est pas le cas lorsqu'il n'y a pas eu de période de sommeil", déclare Karen Debas, première auteure de l'étude.

"La nuit permet une protection active du cerveau"

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont fait apprendre à un groupe de volontaire une séquence de mouvements de doigts sur un boîtier, type piano. Parallèlement, leur cerveau a été observé grâce à des IRM lorsqu'ils réalisaient cette tâche, avant et après une période de sommeil. Les mêmes tests ont été réalisés chez un autre groupe de volontaire en début et fin de journée, sans phase de sommeil. Ils ont constaté que plusieurs zones des cerveaux des volontaires du premier groupe étaient plus actives que celles des cerveaux des membres du deuxième groupe.

"Après la nuit, on observe que ce réseau est plus intégré que les autres, c'est-à-dire que l'interaction au sein des régions du réseau est plus forte lorsque la consolidation a eu lieu. La nuit semble permettre une protection active de ce réseau, ce que le passage du temps durant la journée ne permet pas", ajoute Karen Debas. Selon elle, ces résultats "peuvent mener à mieux comprendre les mécanismes prenant place durant le sommeil". A terme, les chercheurs espèrent que cela leur permettra d'agir sur les difficultés de mémoire que présentent les personnes ayant des problèmes de sommeil et d'aider celles qui entrent en centres de rééducation. 

Source

Commenter cet article

Archives