Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Nicolas Sarkozy et la querelle du mariage

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Septembre 2014, 03:11am

Catégories : #POLITIQUE, #FAMILLE, #FRANCE, #PEOPLE

Nicolas Sarkozy et la querelle du mariage

Malgré son adhésion implicite au renouveau conservateur que La Manif pour tous a porté pendant l’année 2012-2013, Nicolas Sarkozy semble quelque peu embarrassé par l’intransigeance du noyau organisationnel de celle-ci sur le mariage gay.

Nicolas Sarkozy a embrassé la cause conservatrice. Cet été, dans Valeurs Actuelles, l'ancien président prônait déjà la «différence» contre l’égalitarisme. «On a humilié la famille» a-t-il encore clamé le 21 septembre sur le plateau de France 2. On trouve d’autres marques de la conversion conservatrice de l’ancien Président de la République: est d’ailleurs symptomatique de celle-ci la négation du clivage gauche-droite et de tous les autres clivages politiques existants, qui correspond le plus classiquement à une vision conservatrice de l’ordre social. Beaucoup de gages ont donc été donnés par l’ancien président à la France conservatrice.  

Du côté de La Manif pour tous et des activistes, on constate néanmoins des signes d’impatience. Ludovine de la Rochère, présidente de l’association du même nom, s’accroche par exemple à «l’abrogation sans rétroactivité» de la loi du 17 mai 2013 autorisant le mariage des personnes de même sexe.

Conservatisme de nouvelle génération

Un paradoxe est ainsi en train de naître. Alors que La Manif pour tous semble majoritaire dans le pays sur la GPA et obtenir des scores d'adhésion raisonnables sur la PMA et alors qu’un présidentiable comme Nicolas Sarkozy lui donne des gages, l’organisation de Ludivine de La Rochère se crispe sur la question du mariage, où elle ne parvient pas à convaincre une majorité de nos concitoyens. Presque symbolique, ce combat peut, à tout moment, créer une fracture entre Nicolas Sarkozy et ceux avec lesquels il semble s’être décidé à s’allier.

Alors qu’elle s’apprête de nouveau à battre le pavé le 5 octobre prochain, La Manif pour tous semble avoir réussi à imposer des thèmes conservateurs dans le débat public. Elle est la marque d’une adaptation d’une France catholique à la nouvelle configuration sociale du pays en même temps qu'elle est le moyen de préservation de traditions et de combats passés. Pour un Xavier Dor, récemment jugé pour ses actions contre le Planning Familial, symbole de quarante années de combat d’arrière-garde contre la loi Veil, une myriade de nouveaux mouvements sont nés dont le discours est beaucoup plus subtil, dont la détermination n’est pas moindre et dont les chances de succès sont bien plus grandes. Ils critiquent les excès du libéralisme sous toutes ses formes, vantent les liens sociaux traditionnels, les communautés ancestrales. Cette évolution, qui prend un tour spectaculaire en France, est à inscrire dans une dynamique transnationale et s’appuie sur un lent et patient travail né dans les milieux catholiques les plus identitaires.

 

 

 

 
 

En effet, la matrice idéologique de ce conservatisme de nouvelle génération prend notamment appui sur un patient travail de dénonciation de la «théorie du genre», véritable pierre angulaire d’un discours et d’une stratégie de combat culturel dans des sociétés sécularisées. LMPT parle des origines, de la naissance, de la vie, de la mort, de l’école aussi. Elle délivre une vision du monde et permet à chacun d’y inscrire son expérience concrète quotidienne. De fait, ce mouvement forgé au cours de l’année 2012-2013 est devenu une force considérable à droite, qu’elle dote au moins partiellement de ressources idéologiques qui lui faisaient grandement défaut jusqu’alors.

Querelle du drapeau

Elle a aussi contribué à placer les élus de droite sous surveillance constante. Ainsi, une campagne hostile à l'ancien président de l'UMP Jean-François Copé fait de lui un opportuniste sur la question du mariage homosexuel: un Tumblr intitulé «Je retourne ma veste toujours du bon Copé» en dit long sur l’état d’esprit des activistes proches de LMPT à l’égard des chefs de la droite parlementaire. Toujours suspects de mollesse, les élus UMP sont observés.

Au sein de la droite parlementaire, les stratégies à l’égard de La Manif pour tous sont d’ailleurs différentes. Certains élus et responsables UMP sont voués aux gémonies, tels Luc Châtel (accusé d’avoir agi en faveur de la «théorie du genre») ou Nathalie Kosciusko-Morizet. NKM affirme désormais bruyamment s’opposer à la PMA et la GPA, faute de pouvoir séduire les ultras de LMPT puisqu’ayant refusé de voter contre le mariage pour tous. D’autres, comme Laurent Wauquiez, ont faites leurs nombre de revendications de LMPT, dont l’abrogation de la loi Taubira.

Le consensus est réalisé à droite sur la PMA et la GPA, preuve que le mouvement social de droite de l’année 2012-2013 a considérablement influencé ce camp politique. Le fait que Nicolas Sarkozy se saisisse de leurs thèmes est déjà en soi pour eux une véritable victoire. Néanmoins, leur entêtement à vouloir le faire revenir sur le point particulier du «mariage pour tous», majoritairement accepté par le pays, pourrait fragiliser leur domination culturelle et politique sur la droite française.

Si l’on voulait faire une analogie historique, on pourrait comparer la question du «mariage homosexuel» à la querelle du drapeau qui, à la fin du XIXe siècle, maintint à l’écart du trône de France le Comte de Chambord, qui ne voulut pas abandonner le drapeau blanc de la monarchie au profit du drapeau tricole. LMPT, dont l’influence sur la droite est réelle, dont les cadres nombreux se sont investis dans les nouvelles équipes municipales, peut encore tout perdre par entêtement et obstination. Elle pourrait ainsi casser la dynamique conservatrice actuelle et forcer Nicolas Sarkozy à la rupture avec elle… 

Source

Commenter cet article

Archives