Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Si le monde était un village de 100 personnes

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Août 2014, 00:03am

Catégories : #MONDE, #RELATIONS, #DEVELOPPEMENT

Si le monde était un village de 100 personnes

Depuis une dizaine d’années, de nombreuses personnes ont fait l’exercice de réduire l’humanité à un village de 100 ou 1000 personnes. Leur objectif est d’expliquer le monde dans lequel nous vivons à une échelle suffisamment petite pour être palpable. Je vous présente celui d’Ikeda Kayoko (Japon). Il a été écrit pour les petits, comme pour les grands, pour nous faire réfléchir et réaliser combien nous devons aimer la vie. Ce texte est court et bien construit. Bonne lecture.

 

Le texte d’Ikeda Kayoko :

Le monde compte aujourd’hui 6 milliards 300 millions d’habitants.
Mais si on réduisait le monde à un village, à quoi ressemblerait-il ?
Si 100 personnes vivaient dans ce village, 52 seraient des femmes, 48 seraient des hommes.
30 seraient des enfants, 70 seraient des adultes, et parmi eux, 7 seraient vieux.
90 seraient hétérosexuels, 10 seraient homosexuels.
70 seraient de couleurs, 30 seraient blancs.
61 seraient asiatiques, 13 africains, 13 de l’Amérique du Nord et du Sud, 12 européens, 1 de la zone du Pacifique Sud.
33 seraient chrétiens, 19 musulmans, 13 hindouistes, 6 bouddhistes, 5 croiraient que les arbres, les pierres, la nature tout entière a une âme, 24 seraient adeptes d’autres religions ou ne croiraient en aucune.
17 parleraient chinois, 9 anglais, 8 hindi et urdu, 6 espagnol, 6 russe, et 4 arabe, ce qui représenterait la moitié du village. L’autre moitié parlerait bengali, portugais, indonésien, japonais, allemand, français, et d’autres langues.
Dans ce village à la population si variée, ce serait très important d’apprendre à comprendre ces gens différents de vous et à les accepter comme ils sont.

 

Mais réfléchissez aussi à ceci :
parmi les 100 habitants de ce village, 20 souffrent de malnutrition, 1 meurt de faim, tandis que 15 sont trop gros.
Des richesses du village, 6 personnes en possèdent 59 % – toutes des Etats-Unis d’Amérique – 74 en possèdent 39 % et 20 se partagent les 2 % restants.
Des sources d’énergie du village, 20 personnes en consomment 80 %, et 80 se partagent les 20 % restants.
75 personnes ont des provisions de nourriture et un endroit pour les mettre à l’abri des intempéries, mais 25 n’ont rien de tout cela. 17 n’ont pas d’eau potable à boire.
Si vous avez de l’argent déposé à la banque, de l’argent dans votre portefeuille ou quelques pièces de côté à la maison, vous faites partie des 8 plus riches.
Si vous avez une voiture, vous faites partie des 7 plus riches.
Parmi les habitants du village, 1 étudie à l’université, 2 possèdent des ordinateurs, 14 ne savent pas lire.
Si vous pouvez agir et parler selon votre foi et votre conscience, sans craindre d’être harcelé, emprisonné, torturé ou mis à mort, alors vous avez plus de chance que les 48 qui ne le peuvent pas. Si vous ne vivez pas dans la peur de mourir victime d’un bombardement, d’une attaque militaire, du déclenchement d’une mine, ou d’être violé ou kidnappé par un groupe armé, vous avez plus de chance que les 20 qui vivent dans cette peur.
En un an 1 personne du village mourra, mais dans la même année, 2 bébés naîtront, si bien qu’à la fin de l’année le village comptera 101 habitants.
Si vous pouvez lire ce message, vous avez trois raisons d’être heureux. D’abord parce que quelqu’un a pensé à vous et vous a envoyé ce message. Ensuite parce que vous savez lire. Enfin, et le plus important que tout, parce que vous êtes en vie.
Quelqu’un a dit un jour : Ce qu’on donne toujours nous revient.
Alors chantez de tout votre cœur, dansez libre et léger, et vivez de toute votre âme. Et quand vous aimez, aimez comme si vous n’aviez jamais été blessé, même si vous l’avez été. Et avant tout aimez le fait que vous-même, et tous les autres, vous vivez ici, dans ce village.
Peut-être que si suffisamment d’entre nous apprenaient à aimer ce village, il serait encore temps de le sauver des violences qui le déchirent. 

Source

Commenter cet article

Archives