Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Economie : Faut-il avoir peur des fonds «vautours» qui font plier l'Argentine?

Publié par MaRichesse.Com sur 1 Août 2014, 00:07am

Catégories : #ECONOMIE, #ARGENTINE, #ARGENT

Economie : Faut-il avoir peur des fonds «vautours» qui font plier l'Argentine?

Si moralement leur action est condamnable, juridiquement elle est valable, explique à 20 Minutes, Christopher Dembik, économiste chez Saxo Bank,...

 

C’est la deuxième fois en 13 ans que l’Argentine se retrouve dans cette situation.Jeudi, l’Argentine était à nouveau en défaut de paiement sur sa dette, faute d’accord avec les fonds spéculatifs américains, dits «vautours». Un défaut de paiement sur un montant minime pour un État, 539 millions de dollars, soit 400 millions d’euros, mais dont la troisième économie d’Amérique latine n’a pas pu s’acquitter avant minuit jeudi.

 

 

L’Argentine avait obtenu un délai de 30 jours qui expirait ce mercredi pour régler cette somme à des créanciers ayant consenti un rabais de 70 % sur la valeur de leur dette après le défaut de 2001. Mais un juge américain a bloqué ce paiement en ordonnant à l’État argentin de payer d’abord 1,3 milliard de dollars à NML et Aurelius. Si ces deux fameux fonds «vautours» détentiennent moins de 1 % de la dette concernée, ils veulent récupérer 100 % de leur investissement de départ.

Faut-il alors blâmer ces fonds d’investissement, qui rachètent de la dette de pays en difficulté profitant de prix très bas des obligations, et qui placent aujourd’hui l’Argentine dans cette impasse. Réponse de Christopher Dembik, économiste chez Saxo Bank.

 

Faut-il craindre ces fonds?

Il faut minimiser le poids de ces fonds «vautours» dont l’origine remonte aux années 80. Ils ne représentent que 5 % des fonds gérés par les fonds spéculatifs dans le monde, soit quelques milliards d’euros en tout. Il en existe une dizaine, dont cinq sont américains, comme les deux concernés par la dette argentine. Leur capacité réelle de nuisance est amplifiée par les médias. Ce qu’ils font est bien agencé: ils rachètent à bon prix de la dette décotée, de très mauvaise qualité. Mais ils prennent peu de risques car ils ont une vraie stratégie d’investissement derrière. Et ils exigent ensuite un remboursement total.

 

La justice les protège. Pourquoi?

Ils obtiennent toujours gain de cause. Si moralement leur action est condamnable, juridiquement elle est possible. Pou les Etats, l’impact de leur action est négatif dans l’immédiat comme on peut le voir en Argentine. Mais leur intervention en rachat de dette, notamment dans les entreprises, permet souvent d’éviter la faillite. Ce n’est donc pas toujours négatif à terme, une fois l’aspect moral enlevé. Plus que les fonds vautours dans le cas de l’Argentine, c’est l’économie tout entière du pays qui est à la dérive.

 

Vont-ils se tourner vers la France?

Nous sommes très endettés et nous peinons à rembourser. Toutefois aujourd’hui il n’y aucun intérêt pour eux d’acheter des obligations françaises, car nous ne sommes pas près de faire défaut. Comme il s’agit essentiellement de fonds américains, leur pré-carré est l’Amérique du sud. 

Source

Commenter cet article

Archives