Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Buzzfeed, le site d'infos décalées qui vaut 850 millions de dollars

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Août 2014, 02:50am

Catégories : #BUZZFEED, #INTERNET, #NEWS

Buzzfeed, le site d'infos décalées qui vaut 850 millions de dollars

"Dix-huit choses bizarres que tout le monde fait en privé", "trente-deux vrais sosies de célébrités", "onze chiens qui n'auraient pas dû manger des abeilles" : c'est avec ce genre d'articles accrocheurs que Buzzfeed, pure player américain basé à New York, a assis son succès fulgurant. Ce dimanche, le site a levé 50 millions de dollars (plus de 37 millions d'euros) auprès d'Andreessen Horowitz, un fonds d'investissement de la Silicon Valley, portant sa valorisation à 850 millions de dollars (plus de 634 millions d'euros), soit presque quatre fois celle du Washington Post.

 

Les "lol cat" rivalisent avec les plus grands médias

Avec ses 150 millions de visiteurs uniques par mois et son chiffre d'affaires 2014 estimé à 120 millions de dollars par Chris Dixon, associé d'Andreessen Horowitz (qui rejoint du coup le conseil d'administration de Buzzfeed), le site s'est transformé en seulement quelques années en rival des plus grands médias. En comparaison,CNN ne comptabilise "que" 20 millions de visiteurs par mois. En 2006 pourtant, Jonah Perreti, P-DG de Buzzfeed et cofondateur duHuffington Post (un autre pure player à succès), est souvent moqué à cause des top 20, des "lol cat" (ces blagues autour des chats, stars incontestées d'Internet) et autres photos d'animaux qui peuplent son site. Mais 20 millions à 40 millions de visiteurs uniques par mois plus tard (rien qu'aux États-Unis), Buzzfeed s'offre le luxe de débaucher des journalistes de renom, à l'instar de Miriam Elder, ancienne directrice du bureau de Moscou pour The Gardian, passée par l'Agence France-Presse. Depuis juin 2013, elle occupe à Buzzfeed le poste de rédactrice en chef chargée de l'actualité internationale.

L'objectif du titre est de créer un nouveau type de média mélangeant des informations sérieuses avec d'autres plus anecdotiques. "L'actualité internationale est le dernier domaine dans lequel les nouveaux médias ne sont pas encore en concurrence frontale avec les journaux et les télévisions", déclarait à l'époque Jonah Perreti. "C'est l'occasion de réinventer la couverture de l'actualité internationale à l'heure des réseaux sociaux." Avec sa levée de fonds, qui s'ajoute aux 46 millions de dollars déjà attribués à l'entreprise lors d'un précédent tour de table, BuzzFeed a désormais les moyens de ses ambitions. Ce lundi, l'entreprise annonçait vouloir utiliser cet argent pour étendre son activité à travers notamment la création de nouvelles rubriques et d'un incubateur de start-up spécialisé dans les nouvelles technologies, mais aussi en investissant davantage dans Buzzfeed Motion Pictures, sa filiale vidéo basée à Los Angeles.

 

Un laboratoire de contenu viral 

La clé du succès de Buzzfeed ? Des contenus viraux couplés à des "native ads", ces publicités dont le format se confond avec le contenu éditorial et qui rapportent plus que les bannières classiques. D'ailleurs, une grande partie du chiffre d'affaires de l'entreprise est générée par BuzzFeed Creative, sa filiale destinée à la création de publicités sous forme de "listes", ressemblant trait pour trait au contenu habituel du site. En effet, Buzzfeed réalise actuellement 75 % de son audience grâce au trafic généré par les réseaux sociaux. Et que celui qui n'a jamais cliqué sur un "Top 20 des chatons les plus mignons du Web" un après-midi entre deux dossiers jette la première pierre. "Nous voyons en Buzzfeed plus qu'une entreprise, martèle Chris Dixon. Son contenu correspond à la culture internet, il est pensé pour correspondre à l'usage des mobiles et des réseaux sociaux." 

C'est aussi là que le bât blesse, puisque le destin du site est entre les mains d'autres entreprises comme Facebook ou Twitter. Ainsi, si l'un de ces réseaux sociaux décidait un jour de modérer la diffusion du contenu de Buzzfeed sur sa plateforme, l'ensemble de son modèle économique pourrait s'en retrouver impacté. L'entreprise emploie à ce jour cinq cent cinquante salariés, dont deux cents journalistes. 

Source

Commenter cet article

Archives