Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


9 idées reçues sur le sommeil

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Août 2014, 00:29am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #SOMMEIL

9 idées reçues sur le sommeil

L’être humain passe en moyenne un tiers de sa vie à dormir. C’est dire si cette activité a son importance. Et d’activité, c’en est bien une. Car dormir n’est pas de tout repos. Dusommeil lent profond au sommeil paradoxal, l’activité du dormeur est loin de se réduire à néant.

 

1/ Il faut dormir 7-8 heures par nuit
VRAI et FAUX 
Il ne s’agit en fait que d’une moyenne pour un individu adulte. Le temps de sommeil moyen a d’ailleurs diminué de 1h30 en cinquante ans – 6h58 en semaine, 7h50 le week-end, selon un sondage BVA réalisé début 2010 pour l’Institut du sommeil et de la vigilance (INVS). C’est la sensation de repos ou de fatigue au réveil qui fera la différence. Si vous vous réveillez constamment fatigué, c’est que votre temps de repos n’est pas assez long ou, comme un Français sur trois, que la qualité de votre sommeil est insuffisante (enquête Inpes, décembre 2008).

 

2/ Le manque de sommeil nuit à la santé
VRAI 
Pas toujours facile d’adapter les exigences de son métabolisme à son rythme de vie. Le manque de sommeil pourrait nuire aux fonctions immunitaires et multiplier par trois le risque de développer une maladie respiratoire, selon une étude parue en janvier 2010 dans les Archives of Internal Medicine. Par ailleurs, une étude chinoise parue dans les Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine en janvier 2010 a observé qu’une nuit de huit heures ou moins chez les enfants augmentait le risque d’hyperglycémie, voire de diabète de type 2, même chez ceux dont le poids est normal. Enfin, le manque de sommeil aurait aussi des conséquences néfastes sur l’état psychologique, pouvant aller jusqu’à la dépression.

 

3/ On peut toujours rattraper le sommeil en retard
VRAI et FAUX 
Vous avez fait la fête deux soirs de suite cette semaine, et vous comptez compenser en dormant le double ce week-end. Selon votre âge, votre métabolisme réagira différemment. SANTÉLes moins de 30 ans récupéreront facilement avec des grasses matinées le week-end. Tandis que les plus de 30 ans auront un peu plus de mal. Habitué à un rythme, le corps ne pourra brutalement compenser ce manque. Ne stressez pas, la solution existe. Vous pouvez soit vous endormir une ou deux heures plus tôt les nuits qui suivent vos folles soirées, ou alors vous laisser aller à une petite sieste (non crapuleuse !) en début d’après-midi. La durée idéale : 10 à 15 minutes. À l’inverse, faire des réserves de sommeil en prévision d’une nuit blanche ne sert à rien non plus. C’est la régularité qui préside à un sommeil réparateur.

 

4/ Faire l’amour aide à mieux dormir
VRAI 
Rien de tel qu’un câlin avec votre chère et tendre ! Outre le fait que ces deux activités se pratiquent (entre autres) au même endroit – dans un lit –, faire l’amour favorise l’endormissement, grâce à la sécrétion d’hormones du plaisir, chargées de diminuer le stress et l’anxiété. Et si votre chère compagne se plaint que vous vous endormez un peu trop vite, expliquez-lui que, pour la satisfaire, votre corps a dû produire tellement de prolactine, entre autres, que même la bête de sexe que vous êtes a besoin de moments de récupération. Cette hormone, conjuguée à la noradrénaline, la sérotonine, la vasopressine et l’oxytocine, en fatiguant l’individu, facilite son endormissement. 

 

5/ Un bain chaud, un verre de lait, et au lit !
VRAI 
23h30, vous sortez du bureau, épuisé. Si vous comptez filer au lit direct, oubliez, votre corps a besoin de se détendre avant le sommeil. La principale vertu du bain, c’est son effet relaxant. Lire, écouter de la musique (si vous êtes fan de Metallica, le résultat est moins sûr) aident autant à mettre votre corps dans l’état propice. Le lait, de son côté, facilite l’endormissement, grâce à la présence de tryptophane, un acide aminé pouvant être converti par l’organisme en sérotonine, dont la présence est une condition préalable à l’apparition du sommeil. Avec une cuillère de miel, également riche en tryptophane, le cocktail sera parfait. Que ceux qui ne boivent pas de lait se rassurent, les effets calmants d’une bonne tisane le remplaceront avantageusement.

 

6/ Le sommeil facilite l’assimilation des connaissances
VRAI 
Certes, n’espérez pas apprendre le chinois rien qu’en dormant. Même si les neurones sont actifs quand nous nous reposons, le sommeil ne remplace pas l’apprentissage. En revanche, la phase appelée « sommeil lent » aiderait à renforcer les connaissances, tandis que la phase de sommeil paradoxal stimulerait les capacités de mémorisation. Non, vous ne zapperez pas les révisions en période d’examens, mais réviser vos cours avant de vous endormir sera tout bénef pour vous.

 

7/ On dort moins en vieillissant
FAUX C’est une idée reçue de dire que les seniors dorment moins. En réalité, que l’individu ait 30, 50 ou 70 ans, ses besoins restent les mêmes. Ce qui change, c’est la qualité du sommeil. En effet, entre les siestes plus fréquentes et une activité moins trépidante, s’endormir est moins évident. Les seniors se réveillent donc plus souvent la nuit, une tendance qui augmente avec les années. Provoquant bien sûr un état de somnolence, qui concerne presque un tiers des plus de 65 ans. En outre, d’après une étude de l’Inserm de février 2009, la somnolence excessive dans la journée augmenterait de 33 % les risques de décès. Pas de panique, hors pathologies, une activité physique et intellectuelle régulière devrait aider les plus récalcitrants à trouver le sommeil.

 

8/ Le sommeil d’avant minuit est plus réparateur
FAUX 
En fait, tout dépend de votre rythme. Si vous vous couchez tous les jours à 1 heure du matin et que vous vous réveillez à 8-9 heures, votre temps de repos sera respecté, et vous vous sentirez aussi dispos que votre voisin qui a pour habitude de s’endormir avec les poules et de se lever aux aurores. Le sommeil s’articule autour d’un minimum thermique situé entre 2 et 4 heures du matin, avec une différence de qualité avant et après, le premier cycle du sommeil étant le plus réparateur. Un créneau horaire qui n’étonnera pas quand on sait que l’être humain est programmé pour dormir la nuit.

 

9/ Gros dormeur = bon dormeur
FAUX Les gros dormeurs ne sont pas que des personnes dont le métabolisme est programmé ainsi. Il peut s’agir de pathologies non dépistées telles que le syndrome d’apnée du sommeil, qui provoque des micro-éveils. Le temps de sommeil s’en trouve alors rallongé, avec un état fréquent de somnolence diurne. Un dépistage vous aidera à comprendre ce qui vous transforme en marmotte. 

Source

Commenter cet article

Archives