Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


11 choses que nous faisons aux chiens et que ceux-ci détestent

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Août 2014, 19:45pm

Catégories : #ANIMAUX, #RELATIONS, #DEVELOPPEMENT

11 choses que nous faisons aux chiens et que ceux-ci détestent

Le site Mother Nature Network a dressé une liste des choses que nous avons l’habitude de faire aux chiens et que ceux-ci n’aiment vraiment pas.

 

1. Utiliser des mots plutôt que le langage corporel. Nous aimons bavarder avec nos animaux de compagnie mais les chiens ne comprennent pas la plupart des choses que nous prononçons. Bien que les chiens soient en mesure dedéduire la signification de quelques mots, ils ne comprennent pas le langage dans sa globalité. Par contre, les chiens ont évolué de manière à devenir des experts en lecture du corps humainIls sont capables d’anticiper nos pensées et nos sensations. Le risque d’envoyer des signaux confus au chien existe si nous ne faisons pas attention à ce nous formulons oralement et corporellement. Lors du dressage, beaucoup de personnes donnent un ordre et font ensuite quelque chose de complètement différent. Le chien ressent alors de la confusion. Par exemple, dire à un chien de rester immobile alors que notre corps s’incline ou que nous tendons la main. Une expérience intéressante à réaliser est la suivante : tentez pendant une journée de ne pas dire un seul mot à votre chien. Vous verrez à quel point ce dernier est capable d’interpréter la position de votre corps et de vos mouvements et de participer sans que le moindre son n’ait été émis.

2. Prendre votre chien dans les bras. Vous aimez certainement passer les bras autour de votre chien. Cependant, la plupart d’entre eux détestent cela. Pour l’homme, les câlins sont une manière d’exprimer divers sentiments. Mais les chiens n’ont pas évolué de cette façon. Si un chien pose sa patte sur un autre chien, ce geste est interprété comme un acte de domination. Votre chien voit dans votre étreinte une tentative de domination. Beaucoup de chiens le tolèrent mais certains y voient une menace et c’est la raison pour laquelle beaucoup d’enfants se font mordre dans ce type de situation. Les réactions négatives du chien lorsque vous essayez de l’attirer vers vous sont nombreuses : il éloigne sa tête, évite le contact visuel ou tend ses oreilles vers l’arrière. Tous ces signes témoignent du malaise de votre chien lorsque vous tentez de le prendre dans vos bras.

3. Caresser votre chien en lui tapotant le crâne. Tout comme nous, notre chien n’apprécie guère les petites tapes sur la tête. Même si certains se laissent faire lorsqu’il s’agit d’une personne connue ou du maître, la plupart d’entre eux n’aiment pas du tout ça. Ainsi, le chien s’éloigne lorsque quelqu’un cherche à atteindre le dessus de son crâne.  En outre, les parents responsables ont l’habitude d’apprendre à leurs enfants à caresser le chien sur le dos ou sur la partie postérieure de son corps mais en aucun cas sur la tête. Si vous souhaitez féliciter votre chien pour une quelconque action, pensez plutôt à le caresser sur la zone juste au-dessus de la queue, il vous en remerciera.

4. Marcher vers un chien inconnu en le regardant droit dans les yeux. Le contact visuel peut être un signe de confiance mais peut également se révéler déconcertant, dominateur et mettre mal à l’aise. Pour de nombreuses espèces animales, le contact visuel sert à installer la domination. En ce qui concerne les humains, le moindre détail sur le visage de celui qui fixe – la tension ou le relâchement des muscles autour des yeux ou de la bouche – aide à déterminer si le regard est amical ou agressif. Pour les chiens, même si vous souriez, il prendra ce regard pour un acte de domination ou pire, pour de l’agressivité. Sa réaction sera soit soumise, soit, au contraire, violente par instinct de survie. Si vous voulez saluer un chien que vous ne connaissez pas, inclinez légèrement votre corps, détournez les yeux et parlez-lui avec une voix douce. Tous ces indices aideront l’animal à comprendre que vous ne lui voulez aucun mal.

5. Ne pas soumettre le chien à des règles. Les chiens ressentent de l’amour au travers des règles.  Le chien a besoin de savoir ce qui est permis ou pas par le maître. C’est une caractéristique que l’on retrouve aussi chez les humains. Ainsi, les enfants s’épanouissent lorsqu’on leur procure un ensemble cohérent de règles à suivre. Avec les chiens, c’est à peu près la même chose ; les règles rendent la vie beaucoup plus prévisible, moins confuse et moins stressante. Les chiens ne comprennent pas les exceptions aux règles. Par exemple, ils n’assimilent pas le fait de pouvoir sauter sur leur maître lorsque celui-ci porte des vêtements de loisirs mais pas lorsqu’il ses habits sont propres. Les règles doivent être claires, compatibles et accompagnées de récompenses positives.  

6. Forcer un chien à interagir avec d’autres chiens ou des personnes qu’il n’aime pas. Tout comme beaucoup d’autres espèces « sociales », les chiens ont leurs amis et ennemis préférés et il est facile de s’en rendre compte. Pourtant, nombre de propriétaires de chiens ne savent pas lire les indices fournis par leur mascotte. Il est courant de les voir les obliger à se retrouver dans des situations sociales – par exemple, avec d’autres chiens dans un parc ou avec un inconnu – alors que celui-ci ne demande qu’à rentrer à la maison. Il est important de savoir qu’il existe une différence entre ces obligations et l’encouragement positif de chiens timorés ou réactifs. Obliger le chien à sortir de sa zone de confort et lui donner des récompenses lorsqu’il adopte un comportement social serein peut l’aider à avoir une vie et une santé mentale équilibrées. Par contre, forcer votre animal de compagnie à vivre des situations sociales contraignantes peut l’amener à être agressif ou malheureux. Outre les indices que votre chien vous fournit lors de tels moments (aboiements, grognements, montrer les dents), le risque que celui-ci ne vous reconnaisse plus en tant que maître lui apportant une certaine sécurité est accru.  Efforcez-vous donc avant de soumettre votre chien à un contexte social précis de lire son langage corporel.

7. Une promenade sans possibilités de renifler ou d’explorer. Il est évident que le chien doit être capable de se promener docilement. Il est toutefois important de lui donner un peu de temps pour qu’il puisse explorer son environnement. Les chiens accordent beaucoup d’importance à leur odorat tout comme les humains à leur vision. Ils apprécient autant l’odeur d’un tronc d’arbre que nous aimons observer un coucher de soleil. Laissez votre chien appréhender le monde qui l’entoure grâce à son odorat. Parcourez des endroits nouveaux, explorez avec lui des quartiers inconnus. Distinguez enfin le type de promenade : une promenade où il doit être obéissant et une promenade où il a toute la liberté d’explorer les alentours.

8. Tendre et serrer fortement la laisse du chien. Tout comme les chiens sont capables d’interpréter notre langage corporel, ils peuvent également lire nos niveaux de tension au travers d’une laisse trop serrée. En tendant trop fortement cette dernière, vous élevez les niveaux de stress, de frustration et d’excitation de votre chien ainsi que les vôtres. Il est donc important d’apprendre à votre chien à se promener avec une laisse peu tendue car vous lui démontrez ainsi que vous êtes calme mais que vous gardez le contrôle.

9. Montrer de la tension. Notre nervosité ne se transmet pas que par la tension de la laisse. Tout comme nous, notre chien est capable de percevoir lorsque quelqu’un est stressé. Plus vous êtes nerveux, plus votre chien le sera. Les chiens n’apprécient pas cette sensation. La prochaine fois que votre chien adopte un comportement frustré ou tendu, pensez un peu à votre conduite à cet instant. Votre chien peut en effet être en quelque sorte le miroir de votre attitude.

10. Etre ennuyeux. Souvenez-vous de cette sensation d’être coincé dans un endroit avec quelqu’un de vraiment ennuyeux. Par exemple, lorsqu’enfant, vous étiez obligé de suivre vos parents lors de leurs courses au supermarché. Rappelez-vous du sentiment qui vous envahissait alors, de cette envie de vous plaindre, de pleurer ou de vous rouler dans tous les sens. Souvenez-vous lorsque vous ne pouviez pas prendre part aux conversations des adultes et que l’on vous obligeait à rester assis en silence. Votre chien ressent la même chose lorsque vous êtes ennuyeux et il a horreur de cela. Par exemple, nous rentrons du travail et la seule chose à laquelle nous aspirons est de pouvoir nous étendre sur le canapé pour nous reposer. C’est exactement ce dont votre chien a horreur. Si ce dernier se met à dévorer vos chaussures ou à rentrer dans les placards, c'est que vous êtes clairement pénible. Pensez plutôt à lui apprendre de nouveaux jeux comme par exemple, rechercher dans la maison son jouet favori. Les promenades sont bien entendu importantes mais stimuler l’activité cérébrale de votre chien pendant 15 à 30 minutes le rendra plus heureux.

11. Les moqueries. Cela semble évident mais beaucoup de personnes pensent que taquiner les chiens est comique. Pensez à ne pas imiter l’aboiement d'un chien que vous rencontrez dans la rue, à ne pas vous moquer du canidé qui hurle derrière une fenêtre, à ne pas lui tirer la queue. Ces types de situations ne sont pas drôles pour les chiens et peuvent les amener à avoir de graves troubles du comportement. 

Source

Commenter cet article

Archives