Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


MH17: Les miraculés du crash ukrainien

Publié par MaRichesse.Com sur 18 Juillet 2014, 00:25am

Catégories : #NEWS

MH17: Les miraculés du crash ukrainien

Ils ont évité de peu la catastrophe. Alors que près de 300 personnes ont trouvé la mort dans le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines jeudi dans l'Est de l'Ukraine, certains passagers qui, pour une raison ou une autre, ont raté leur vol, n'en reviennent toujours pas d'avoir échappé à la catastrophe.

C'est le cas de Barry Sim, qui a demandé à changer de vol quand il a constaté que sa femme et son enfant ne voyageaient pas dans le même avion. "Je voyage de préférence avec Malaysia Airlines et j'ai donc demandé à mon agent qu'il me mette sur le même vol que le reste de ma famille", celui-là même qui devait s'écraser quelques heures plus tard, explique-t-il au quotidien néerlandais Algemeen Dagblad. Mais l'avion était plein et, pour faire le trajet en famille, il a fait transférer ses billets vers le vol du soir. "Nous ne voulions pas voyager séparément", insiste-t-il.

 

"Faire des économies m'a sauvé la vie"

C'est aussi ce qui est arrivé à Maarten de Jonge, cycliste professionnel de 29 ans qui travaille pour une équipe en Malaisie. Dans son cas, ce n'est pas la volonté de voyager en famille qui l'a fait changer de vol, mais plutôt celle de faire des économies. "Au dernier moment, j'ai choisi un vol qui partait dimanche parce qu'il était 300 euros moins cher. Il restait une seule place de libre, que j'ai immédiatement réservée", assure-t-il dans plusieurs médias néerlandais: "C'est donc vouloir faire des économies qui m'a sauvé la vie".

Une autre famille qui se rendait en Australie pour un enterrement a également échappé à la catastrophe car elle était arrivée trop tard à l'aéroport pour pouvoir embarquer à bord de l'appareil. "C'est un peu irréel", assure-t-elle à la télévision locale AT5, "Je n'en reviens pas". 

Source

Commenter cet article

Archives