Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comment devient-on alcoolodépendant ?

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Juillet 2014, 05:20am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #MALADIE

Comment devient-on alcoolodépendant ?

La dépendance s’installe insidieusement et commence par des périodes de consommations adaptées, souvent festives et en groupe pour les hommes. Elle peut cependant être déjà solitaire chez les femmes.

 

“La dépendance c’est la perte de la liberté de s’abstenir de boire” disait Fouquet.

 

Pendant cette phase, la personne arrive même à réduire temporairement sa consommation lors d’événements fortuits (gueule de bois, accident de voiture alors qu’elle est alcoolisée, …), mais sans s’auto-critiquer : « c’est la faute à pas de chance… ».

Puis malgré l’apparition de dommages causés par cette consommation excessive (problèmes au travail, conflits familiaux, conduite automobile sanctionnée avec plus de 0,5 g/l,…) la personne n’arrive pas à réduire sa consommation durablement. Ses tentatives pour maîtriser sa consommation échouent malgré parfois une consommation intermittente qui donne l’illusion du contrôle : « Puisque je peux arrêter de boire, je ne suis pas un alcoolique ». C’est le « déni ».

L'alcool souffrance


La compulsion à consommer l’emporte malgré les dommages, ceci pendant une longue période. La personne poursuit durablement sa consommation. Les efforts qu’elle fait pour essayer de contrôler ou d’arrêter de boire sont inefficaces.

Compulsion à consommer et contrôle infructueux de sa consommation sont les deux piliers de la dépendance.

La présence de signes de sevrage physique à l’alcool que sont l’irritabilité, l’anxiété, les sueurs et les tremblements, n’est pas nécessaire pour dire qu’une personne est dépendante de l’alcool.

S’ils sont présents, bien sûr, ils confirment la dépendance physique à l’alcool, c’est-à-dire le besoin d’alcool par adaptation de l’organisme à une alcoolémie constamment élevée. 

Source

Commenter cet article

Archives