Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


9 astuces pour déterminer si votre interlocuteur est un menteur

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Juillet 2014, 16:26pm

Catégories : #DEVELOPPEMENT, #RELATIONS

9 astuces pour déterminer si votre interlocuteur est un menteur

Le menteur ne croise jamais votre regard. Ses genoux bougent rapidement. Un rire occasionnel s’échappe de sa gorge. Il se ronge les ongles. Il défend la véracité de ses propos. Il gesticule beaucoup. Telles sont quelques-unes des caractéristiques du menteur véhiculée par la sagesse populaire.

 

« Mais quelle est la part de vérité de ces affirmations ? », s’interroge le professeur de psychologie de Susan Krauss Whitbourne de Université du Massachusetts à Amherst dans Psychology Today. La psychologue se réfère à une étude récente réalisée à l’Université du Texas qui propose une nouvelle méthodeafin de déterminer si notre interlocuteur nous ment. Des scientifiques ont ainsi développé le PBCAT, l’« Outil d’évaluation psychologique de la crédibilité (« Psychologically Based Credibility Assessment Tool ») qui offre une espèce de catalogue des comportements habituels des menteurs. Si l’on s’en tient à cette liste, nous pourrions conclure que mentir doit être beaucoup plus exténuant que dire la vérité. Un des objectifs du menteur est d’éviter d’alourdir davantage la charge mentale qui consiste à inventer en temps réel une quantité importante d’informations méticuleusement et de manière cohérente. Lors de cette étude, les divers signes principaux des menteurs ont été compilés :

 

✔. Les menteurs éliminent les détails sensoriels superflus et banals. Un menteur ignore la plupart des petites fioritures qui ornent les histoires racontées par des gens honnêtes. Les grands narrateurs ont l’habitude de souligner les détails sensoriels – odeurs, sons, tonalités et autres descriptions précises – et ces éléments confèrent au récit une personnalité. Mais ils influent également sur la véracité de l’histoire. L’étude pointe le fait que si nous nous trouvons en face d’une histoire composée de grandes lignes, il est probable qu’elle soit purement inventée. En effet, il est compliqué de créer une histoire cohérente comprenant une série d’éléments « inutiles ». Par contre, si nous remarquons une abondance de détails insignifiants dans le récit de la personne qui se trouve en face de nous, nous pouvons conclure que celle-ci nous dit certainement la vérité.

 

✔. Les menteurs ont une mémoire défectueuse. La locution latine « Excusatio non petita, accusatio manifesta », « Qui s’excuse s’accuse » en français, illustre parfaitement ce point. Les personnes qui disent la vérité n’ont pas pour habitude de s’excuser car elles ont oublié certains détails d’un évènement ou d’une situation. En revanche, les menteurs doivent justifier l’inconsistance de certains pans de leur narration en affirmant avoir des problèmes de mémoire. Cela leur permet également d’obtenir plus de temps lors de la construction de leur récit. Ils éprouvent en fait des difficultés à se rappeler de leurs mensonges.

 

✔. Les menteurs se corrigent spontanément. Il est souvent plus difficile de se souvenir d’un mensonge que d’une vérité et ce, même si nous l’avons utilisé à plusieurs reprises. Par conséquent, le récit des imposteurs est régulièrement parsemé de corrections, signe qui démontre que notre interlocuteur doute sérieusement de ses propos.

 

✔. Le récit des menteurs est court et vague. Le menteur fera en sorte régulièrement de ne pas étendre son explication plus qu’il n’est nécessaire et évitera de la charger avec des détails difficiles à intégrer dans le récit. Plus une histoire est longue et complète, plus elle est susceptible d’être vraie.

 

✔. Le mensonge n’a pas de sens et est rempli de contradictions. La vérité peut-être désagréable à entendre mais elle est rarement incohérente. La réalité offre une cohérence importante à nos récits tandis que l’invention nécessite un effort considérable et une connaissance presque infinie du monde. Une histoire vraie tiendra davantage la route qu’une série de mensonges.

 

✔. Le menteur cogite beaucoup. A nouveau, se souvenir de son mensonge demande un effort considérable. La création d’un récit convaincant et solide suppose un travail intellectuel encore plus ardu. A chacune de ses phrases, le menteur fait en sorte de ne pas s’écarter de sa fable. Au fur et à mesure que le temps passe, il lui sera de plus en plus difficile d’ajouter de nouveaux éléments sans que ceux-ci ne viennent contredire une affirmation énoncée antérieurement. Ainsi, poser des questions banales sur les évènements peut être une technique intéressante pour débusquer le mensonge.

 

✔. Le menteur accuse une certaine nervosité. Il est impossible de proférer un nombre important de mensonges sans montrer quelques signes d’anxiété, à moins que votre interlocuteur ne soit un psychopathe qui ne connaisse pas l’empathie et qui n’éprouve aucun sentiment de culpabilité.

 

✔. Le menteur ne se plaint pas. Un moyen pour gagner la confiance et la sympathie de quelqu’un est d’abonder perpétuellement en sons sens. Le menteur sourit et flatte les autres. Il est en outre obéissant et fait peu de commentaires négatifs sur les personnes présentes et absentes. Le menteur tente de dissimuler ses réactions négatives afin d’être apprécié par autrui.

 

✔. Le récit d’un menteur est extrêmement lent. Un des nombreux clichés sur les menteurs est qu’ils se caractérisent par une verbosité débordante et qu’ils sont capables d’anéantir nos défenses psychologiques grâce a un discours très bien construit. Rien n’est plus éloigné de la vérité. En général, un menteur devra construire son récit au fur et à mesure, raison pour laquelle il tentera surement de gagner du temps en parlant lentement. 

Source

Commenter cet article

Archives