Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


6 conseils pour soigner le paludisme

Publié par MaRichesse.Com sur 16 Juillet 2014, 04:32am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #MALADIE

Le paludisme, appelé aussi Malaria (mot italien qui signifie « mauvais air ») est une infection grave causée par un parasite qui se transmet à l’homme par une piqûre d’un moustique infecté.

Le symptôme le plus commun est la fièvre et un syndrome pseudo-grippal. Le paludisme peut se produire même jusqu’à un an après un voyage dans une région endémique. le traitement précoce du paludisme est essentiel, car sans traitement, le paludisme peut être mortel.

6 conseils pour soigner le paludisme

Qu’est-ce que le paludisme?

Le paludisme est une infection sévère causée par un parasite appelé Plasmodium qui vit dans les moustiques (anophèle femelle ). Le parasite est transmis à l’homme par une piqûre d’anophèle. Le paludisme est fréquent dans les pays tropicaux tels que certaines régions d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud.

La plupart des infections se produisent chez des voyageurs revenant en Europe (80% des cas) plutôt que les visiteurs vivant en Europe (20% des cas).

Le risque de contracter le paludisme est plus grand si le voyageur ne prend pas correctement (ou ne prend pas du tout) ses médicaments antipaludéens : Les personnes qui prennent des vacances de dernière minute et ceux qui rendent visite à des amis ou des parents à l’étranger sont moins susceptibles de prendre leurs médicaments antipaludéens.

Il est estimé qu’il existe entre 300-500 million de cas de paludisme dans le monde par année, et environ 40% de la population mondiale est exposée au risque de contracter le paludisme.

Chaque année, environ 6500 personnes en France sont atteintes de paludisme suite à n voyage à l’étranger (paludisme d’importation, la France est le pays qui enregistre le plus de cas en Europe), ou rarement dans les aéroports par des moustique qui voyagent dans les bagages. Environ 20 personnes meurent du paludisme chaque année en France. Le paludisme peut être une maladie rapidement fatale si elle n’est pas diagnostiquée et traitée rapidement.

Note: Si vous vous sentez malade après un voyage récent dans une région où le paludisme est endémique (Afrique, Asie, Amérique du sud) vous devriez demander rapidement un avis médical, même si vous avez pris vos médicaments antipaludéens correctement.

 

Comment le paludisme est-il transmis?

Le parasite, Plasmodium, est généralement transmis par la femelle d’une espèce particulière de moustique, appelée Anophèle.

Si un Anophèle femelle pique une personne infectée par le paludisme, le moustique portera alors le parasite (Plasmodium) dans son appareil digestif. Ce parasite se transmet à d’autres personnes quand le moustique les pique.

Lorsque le parasite pénètre dans le sang de sa victime, il se déplace vers le foie, puis rentre dans la circulation sanguine où il va envahir les globules rouges. Finalement, ces globules rouges infectés éclatent, ce qui conduit à la libération de plus de parasites dans le sang. Ces globules rouges infectés ont tendance à éclater toutes les 48-72 heures. Chaque fois qu’elles éclatent, le malade aura des épisodes de frissons, fièvre et des sueurs.

Il existe quatre types du parasite, le Plasmodium, qui sont :

  • Plasmodium falciparum,
  • Plasmodium vivax,
  • Plasmodium ovale
  • et Plasmodium malariæ.

Plasmodium falciparum est généralement le plus fréquent et le plus dangereux des quatre.

 

Quels sont les symptômes du paludisme?

Selon les symptômes induits et l’évolution, on distingue deux formes de paludisme: Accès Paludéen simple (bénin) et Accès Paludéen grave.

L’accès paludéen simple est moins grave et relativement facile à traiter. L’accès paludéen  grave peut être très dangereux et peut parfois être mortel.

Les symptômes du paludisme apparaissent généralement entre une et quatre semaines après la piqûre initiale du moustique.

Toutefois, dans certains cas, en fonction du type de plasmodium qui est en cause, il peut prendre jusqu’à un an avant que les symptômes commencent à apparaître.

Cela signifie que le paludisme est suspecté chez toute personne ayant une maladie fébrile et qui a voyagé dans une région endémique du paludisme dans la dernière année, et surtout dans les trois mois précédents.

1-L’accès simple :

Le symptôme le plus commun de cette forme du paludisme est la fièvre élevée. Toutefois, l’absence de fièvre chez une personne malade n’exclut pas le diagnostic du paludisme.

D’autres symptômes de l’accès simple peuvent inclure:

  • Maux de tête, douleurs musculaires, douleurs abdominales, toux, sensation de fatigue et une sensation de malaise.
  • Une  diarrhée et/ou des vomissements peuvent être présents.
  • Un Ictère (coloration jaune de la peau et des muqueuses) peut apparaître.

Si le paludisme s’installe, des pics fébriles vont se répéter d’une façon rythmée (par des cycles) chaque 3 ou 4 jours.

Le pic fébrile (température corporelle à 40-41°) survient d’une façon brutale, avec des frisson intenses. L’état du patient est altéré; puis la fièvre disparait dans quelques heures avec des sueurs abondantes.

2-L’accès grave (aussi appelé Accès pernicieux ou neuro-paludisme):

L’accès grave est la forme du paludisme la plus méchante, causée seulement par le Plasmodium falciparum.

L’accès grave commence habituellement par des symptômes similaires à l’accès simple mais la fièvre est très élevée, et mènera souvent à d’autres complications, comme :

  • Des problèmes respiratoires.
  • Une insuffisance hépatique (foie).
  • Une insuffisance rénale.
  • État de choc.

L’accès grave peut également affecter le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) avec des troubles neurologiques (céphalées intenses, désorientation dans l’espace et dans le temps) et peut par conséquent entraîner le décès du malade.

Remarque: les femmes enceintes, sont particulièrement à risque de faire des accès graves, et devraient, idéalement, éviter de se rendre à des zones endémiques de paludisme car leur système immunitaire peut être plus faible au cours de la grossesse. La femme enceinte et atteinte de paludisme, peut transmettre l’infection à son bébé.

 

Comment le paludisme est-t-il diagnostiqué?

Le paludisme est généralement suspecté chez toute personne ayant voyagé dans une zone endémique de paludisme et qui présente une fièvre inexpliquée et/ou des symptômes neurologiques (voir ci-dessus).
Le médecin effectuera des analyses sanguines ;

Un échantillon de sang sera envoyé au laboratoire et sera examiné pour la recherche du parasite du paludisme. Le prélèvement se fait au mieux au moment des pics fébriles.

Le type de plasmodium qui cause l’infection sera également déterminé.

Si le premier test sanguin est négatif, malgré que le diagnostic du paludisme est encore fortement soupçonné, le médecin va réaliser un autre prélèvement sanguin dans les 2-3 jours qui suivent, et ce au moment du pic de fièvre.

D’autres analyses sanguines seront réalisées, à la recherche d’une anémie, la vérification du fonctionnement du foie et des reins…etc.

 

Comment traite-t-on le paludisme?

La plupart des malades se rétablissent complètement, si le paludisme est précocement diagnostiqué et traité

Le paludisme est habituellement traité en utilisant des médicaments antipaludéens. Il existe différents types de ces médicaments disponibles, les plus utilisés sont : La chloroquine (médicament de référence), la Quinine, la Méfloquine, la Halofantrine, la Pyriméthamine…etc.

Le type de médicament prescrit et la durée du traitement peuvent varier d’une personne à une autre et dépendent de divers facteurs tels que le type de paludisme, la prise ou non des médicaments antipaludéens lors du voyage, et la gravité des symptômes.

Si les symptômes sont légers le malade sera traité à domicile.

Toutefois, si le type de parasite causal du paludisme est le Plasmodium falciparum, l’hospitalisation du patient est recommandée.

Certaines personnes ont plus d’un type de médicament ou une association avec un autre médicament, surtout si elles développent des effets secondaires au traitement antipaludéen.

La résistance aux antipaludéens s’est propagée rapidement au cours de ces dernières décennies, surtout le Plasmodium falciparum. Ce qui fait que les nouveaux médicaments ou une combinaison de médicaments peut être donnée.
Les voyageurs allant dans des endroits éloignés des centres médicaux prennent parfois avec eux des médicaments d’urgence qui peuvent être utilisés pour traiter le paludisme suspecté en attente de la disponibilité des soins médicaux appropriés.

 

Comment peut-t-on prévenir le paludisme?

Il y a plusieurs règles qui s’enregistrent dans le cadre de la prévention du paludisme. Il s’agit de:

  • Sensibilisation du risque de paludisme.
  • Prévention des piqûres d’insectes (vêtements longs, moustiquaires, insecticides, répulsifs…).
  • La chimio-prophylaxie (traitement antipaludéen médicamenteux pris régulièrement et exactement selon une prescription avant et pendant le voyage) les médicaments utilisés sont la chloroquine ( Nivaquine ®) ou la méfloquine (Lariam ®) ou la doxycycline ( Vibramycine ®), et la dose et la durée de la chimioprophylaxie dépendent de la zone géographique et la durée du séjour.
  • Diagnostic et traitement précoces. 

Commenter cet article

Archives