Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un nouveau traitement pour corriger les déformations du pénis

Publié par MaRichesse.Com sur 28 Juin 2014, 21:15pm

Catégories : #MALADIE, #SANTE-BIEN-ETRE

Un nouveau traitement pour corriger les déformations du pénis

L’agence du médicament américaine, la FDA, vient d’autoriser un nouveau traitement non chirurgical destiné aux hommes atteints de la maladie de La Peyronie. Ce médicament, le Xiaflex, est indiqué aux hommes qui souffrent d’une courbure du pénis supérieure à 30 degrés.

"Cette autorisation va permettre d’élargir les options de traitement disponibles pour les hommes souffrant de la maladie de La Peyronie. Cela leur permettra, en consultation avec leur médecin de choisir l'option de traitement la plus appropriée", a réagi Audrey Gassman, expert à la Food and Drug administration (FDA), citée par Livescience. Deux études menées sur 832 hommes ont prouvé l’efficacité de ce traitement sans que ne soient constatés de lourds effets indésirables. Seuls auraient été signalés des gonflements et des hématomes, selon la FDA.

Cette nouvelle solution thérapeutique est un médicament qui, une fois injecté dans le pénis, détruit le surplus de collagène à l’origine de la déformation du pénis.
On estime que 3,2 à 8,9 % des hommes souffrent de la maladie de La Peyronie. Cette déformation du pénis est liée à une perte d’élasticité des corps caverneux, sans qu’on en connaisse la cause exacte. Cette déformation peut résulter d’une blessure au pénis comme la rupture d’un vaisseau sanguin au cours d’un rapport sexuel ou d’une activité sportive, expliquent des experts de la Mayo Clinic aux Etats-Unis, cités par Livescience.

Des plaques de tissu sur le pénis entraînent une courbure anormale lors de l’érection, rendant les rapports sexuels souvent douloureux voire parfois impossibles. Quand cette pathologie devient trop gênante, une intervention chirurgicale destinée à ôter les plaques de tissu gênant, peut être envisagée. Elle ne concerne toutefois pas plus d’un patient sur dix. 

Source

Commenter cet article

Archives