Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ronger les ongles, cracher... 10 bonnes habitudes considérées comme mauvaises

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Juin 2014, 19:02pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Ronger les ongles, cracher... 10 bonnes habitudes considérées comme  mauvaises

Ne ronge pas tes ongles ! Ne mange pas au lit ! Ne rote pas à la table ! Ne crache pas ! C’est pas poli, c’est malpropre, c’est pas bon pour la santé ! Et quoi encore !

 

Qui n’a jamais entendu l’une ou plusieurs de ces phrases ? Pourtant, de plus en plus d’experts et spécialistes de la santé sont d’accord : de nombreuses habitudes qui, dans notre société aseptisée, sont perçues comme mauvaises, ne le seraient pas vraiment.

 

 

1. Ronger ses ongles

 

Que faisaient nos ancêtres des cavernes quand leurs ongles devenaient trop longs ? Ils les rongeaient bien sûr. Et nous devrions peut-être faire comme eux. Selon le Dr Hilary Longhurst, immunologiste, à moins que nos mains soient vraiment sales, « les bactéries avec lesquelles on est mis en contact lorsqu’on se ronge les ongles peuvent renforcer notre système immunitaire ».

Car notre système immunitaire a une mémoire, parait-il, et dès sa deuxième rencontre avec une bactérie, il cherche dans sa mémoire et lance les armes adéquates pour la combattre. Conclusion : ronger ses ongles quelquefois (mais pas jusqu’à l’os, on s’entend, parce que ça, c’est vraiment une mauvaise habitude et douloureuse en plus) ne peut qu’être bon pour notre système immunitaire (le même principe s’applique d’ailleurs au fait de se curer le nez avec les doigts et d’en avaler le contenu — mais pas en public svp !). 

2. Roter

Quand elles étaient petites, mes filles s’amusaient à roter bruyamment devant moi. Mon air dégouté les faisait crouler de rire et elles repartaient de plus belle malgré mes supplications. Parce que chez nous, madame, on n’éructe pas. Et pourtant…

On rote quand une montée de gaz passe à travers la valve de l’oesophage, en bas de la gorge, et la fait vibrer. Le rot est formé par l’air que nous avalons en même temps que la nourriture et le dioxyde de carbone. Le mélange se forme dans notre estomac quand l’acide se mêle à la bile alcaline. Le processus, appelé reflux gastro-oesophagien, peut être aggravé par certaines nourritures, comme les chips ou les sauces riches, l’alcool ou la cigarette.

Le relâchement du gaz naturel qu’est le rot est une partie normale de la digestion et sa suppression peut causer des problèmes.

« Si vous ne rotez pas et que le gaz reste dans l’estomac, explique le Dr Nick Read, un gastro-entérologue, ça peut amener la relaxation de la valve qui sépare l’oesophage et l’estomac, permettant ainsi à l’acide de l’estomac de remonter jusqu’à l’oesophage et de déclencher des brûlures d’estomac ».

Conclusion : mes filles avaient bien raison de rire de moi… 

 

3. Péter

Péter serait, semble-t-il, aussi important que roter. « On évacue des gaz pour une raison — ça se forme dans les intestins et il faut s’en débarrasser », explique le gastro-entérologue.

La plupart des gaz proviennent de la fermentation de protéines et d’hydrates de carbone. Ils sont produits environ six heures après avoir mangé. Le relâchement des gaz diminue la douleur et les ballonnements que l’on peut parfois ressentir, surtout si on a les intestins délicats et souvent ballonnés. Et le contraire, la rétention des gaz, peut créer de la douleur.

Mais bon, ça on le sait. Faudrait juste éviter de tous péter en même temps, au même endroit… 

 

4- Faire craquer ses jointures

 

Moi, ça me fait grincer des dents quand quelqu’un fait ça devant moi, mais c’est mon problème, parce qu’en fait, et malgré ce que l’on croit souvent, le craquage des jointures n’a aucun effet dommageable.

« Certaines personnes croient que ça affaiblit les jointures, explique le Dr Chris Edwards, rhumatologue, mais si on regarde les faits, c’est faux ».

Et le spécialiste de raconter qu’une vaste étude a été menée pendant cinq ans afin de vérifier si les gens qui faisaient craquer leurs jointures avaient plus de risques de faire de l’arthrite. Les résultats ? Les jointures des craqueurs étaient tout aussi saines que celles des non-craqueurs.

« Si les personnes qui font craquer leurs jointures se sentent mieux après l’avoir fait, conclut le spécialiste, c’est peut-être parce qu’ils ont étiré les jointures et donner de l’amplitude au mouvement ». 

 

5- Manger au lit

 

Au cas où vous ne le saviez pas, notre digestion dépend de l’activation du système nerveux parasympathique (je ne le savais pas). Toutes sortes de stress peuvent interférer avec ce mécanisme et tenter d’arrêter la digestion. C’est pourquoi manger rapidement, alors qu’on est stressé ou tendu, peut provoquer une indigestion ou tout autre symptôme gastrique, comme les ballonnements.

La meilleure façon de manger un repas, c’est de le faire dans un environnement relaxant où l’on peut prendre notre temps et jouir de ce qu’on mange. Et quelle meilleure place que le lit, devant notre série préférée ou blotti contre son amoureux ?

Bien sûr, c’est encore mieux de manger à une table, entouré d’amis ou de la famille, mais au moins au lit, on est relaxe. Faut juste pas oublier de s’assoir bien droit, sinon l’estomac sera coincé et alors, allo l’indigestion ! 

 

6- Cracher

 

Pas n’importe où, pas n’importe quand. Juste quand on fait de l’exercice. C’est ce qu’explique le Dr John Dickinson, spécialiste en physiologie de l’exercice.

« Quand on fait de l’exercice, notre bouche et notre gorge produisent plus de salive. Normalement, on respire par le nez, ça réchauffe l’air et le rend plus humide, ce qui permet à notre corps de mieux absorber l’oxygène. Mais quand on fait de l’exercice, on a tendance à respirer profondément par la bouche, pour attirer le plus d’air possible dans le corps. Mais cet air n’est ni réchauffé ni humidifié et quand il atteint le fond de la gorge, les cellules tentent de se protéger en déclenchant une inflammation. »

Cette inflammation n’est pas dangereuse, mais elle pousse les cellules à produire plus de salive pour se protéger de l’air froid. La plupart des coureurs trouvent que ce surplus de salive interfère avec leur rythme de respiration, c’est pourquoi ils ont besoin de cracher. 

 

7- Ne pas se doucher tous les jours

 

L’idée de ne pas se doucher chaque matin peut en faire frissonner certains. Pourtant le fait de sauter une douche par-ci par-là peut être bénéfique pour la santé (et l’environnement). Non seulement la douche quotidienne enlève les huiles naturelles qui gardent notre corps hydraté et souple, mais elle enlève également une couche de bactéries qui aident à prévenir les maladies. 

 

8- Se faire bronzer

 

Depuis plusieurs années, on se fait dire qu’il vaut mieux se couvrir et se protéger du soleil en tout temps pour éviter le cancer de la peau. Pourtant, de plus en plus d’experts déclarent maintenant qu’une courte, mais fréquente exposition au soleil est bonne pour nous. En Grande-Bretagne, où la déficience en vitamine D est aussi commune que le manque de soleil, plusieurs groupes de santé et de bienfaisance ont déclaré que pour éviter le rachitisme, il valait mieux s’exposer pendant 10 minutes au soleil de midi, sans crème solaire. Pendant ce temps, aux États-Unis, d’autres experts ont déclaré que la vitamine D produite par le soleil pouvait éviter rhumes et grippes. Mais tous s’entendent : pas plus de 10 minutes et ne jamais au grand jamais attendre d’être rouge comme un homard (ou brun comme un steak calciné…). 

 

9- Rêver éveillé

 

Pour certains, le fait de regarder par la fenêtre, le regard dans le vide est une forme de paresse, de procrastination. Et pourtant…

Des chercheurs de l’université de la Colombie-Britannique ont découvert que laisser son esprit errer où il veut peut en fait aider à augmenter nos capacités à résoudre des problèmes. L’étude a conclu que lorsque l’esprit des participants errait au hasard, les parties de leur cerveau associées à la résolution de problèmes devenaient plus actives que lorsqu’ils étaient concentrés sur des tâches routinières.

Bref, même si le fait de rêver éveillé peut accroître le temps qu’il faut pour terminer une tâche, ça peut aussi permettre à notre inconscient de travailler sur d’autres problèmes importants de notre vie. Que voilà une habitude qui me plaît. 

 

10 – Sacrer

 

Alors là, ici comme ailleurs, la modération a bien meilleur goût…

Des études suggèrent que dans certaines situations, sacrer peut nous faire du bien. Selon l’une d’elle, sacrer au travail peut aider les employés à gérer le stress et à maintenir une certaine solidarité. D’autres ont démontré que le fait de sacrer peut procurer un effet de soulagement à court terme face à la douleur.

Cependant, l’étude souligne aussi que sacrer devrait être réservé aux moments de crise, car plus quelqu’un sacre, moins il ressent de soulagement (je pense que je vais aller en parler à un certain voisin…).

Bref, c’est comme le champagne, juste pour les grandes occasions ! 

Source

Commenter cet article

Archives