Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le "one man show" de Sarkozy fâche les Suisses

Publié par MaRichesse.Com sur 10 Juin 2014, 00:53am

Catégories : #NEWS, #EUROPE, #SUISSE

Le "one man show" de Sarkozy fâche les Suisses

Passée presque inaperçue en France, l'intervention de Nicolas Sarkozy en Suisse aura laissé des traces chez les Helvètes. L'ancien président de la République a en effet participé au Swiss Economic Forum, une sorte de mini-Davos, la semaine dernière à Interlaken. Mais ses "caprices" et son comportement "irrespectueux" n'ont pas plu à tout le monde.

C'est le quotidien Le Matin qui rapporte la colère qu'a suscitée l'intervention de Nicolas Sarkozy chez Adolf Ogi, l'ancien Président de la Confédération helvétique. Le journal détaille d'abord les "exigences formulées par Monsieur Sarkozy" pour sa participation à cette réunion à laquelle assistaient 1200 personnes. Des conditions qui  avaient "manifestement déjà un brin agacé les organisateurs. Arrivée la veille, sa secrétaire avait ordonné qu’il n’y ait ni caméra ni photos durant l’intervention de l’ancien président. Et aucune question sur la politique intérieure française".

 

 

"On ne pisse pas contre les sapins"

Mais c'est l'intervention du chef de l'Etat elle-même qui a suscité le courroux d'Adolf Ogi. Celui-ci n'a en effet pas supporté que Nicolas Sarkozy transforme ce qui devait être un débat en "one-man-show". "Monsieur Sarkozy a fait son numéro. Il a plu, par sa rhétorique, ses mimiques. Il s’est imposé, donnant le spectacle qu’il voulait donner", déplore l'ancien Président Suisse dans les propos rapportés par Le Matin.

Plus grave encore selon Adolf Ogi, Nicolas Sarkozy s'est ensuite montré critique envers le système politique Suisse lors d'une rencontre organisée avec des personnalités et sponsors. Lorsqu'il s’est mis à expliquer que ce pays devait entrer dans l’Union européenne et qu’il ne pouvait pas être gouverné par un président qui change chaque année, la réponse d'Adolf Ogi a été cinglante. "Il est allé trop loin. Il fallait dire stop. Je l’ai interrompu", raconte l'ex-Président helvète. Et de conclure : "Si une personne se montre irrespectueuse envers notre pays, je ne laisse pas passer". De quoi susciter la colère de l'éditorialiste du quotidien : "Lorsqu’on vient à Interlaken devant Adolf Ogi, on se tient comme il faut, on essuie ses talonnettes avant d’entrer et on ne pisse pas contre les sapins". 

Source

Commenter cet article

Archives