Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le Nigéria est le meilleur du monde chez les jeunes. Pourquoi ne va-t-il pas loin au Mondial?

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Juin 2014, 02:30am

Catégories : #SPORTS, #NIGERIA, #AFRIQUE, #MONDE

Le Nigéria est le meilleur du monde chez les jeunes. Pourquoi ne va-t-il pas loin au Mondial?

Il y a eu dans l'histoire quinze Coupes du monde de football des moins de 17 ans. Le Nigéria en a gagné quatre, dont les tournois 2007 et 2013, et a terminé second trois fois.

Les Nigérians sont aussi les champions d'Afrique en titre, ont un des meilleurs historiques en Coupe du monde pour une équipe hors Europe et Amérique du Sud et un effectif comportant une poignée de noms bien connus de tous. Pourquoi le pays, qui affrontera la France en huitièmes de finale, n'est-il pas un candidat sérieux au titre au Brésil? 

La réponse est que, historiquement, le football nigérian est synonyme d'auto-sabotage et de dysfonctionnements. Osasu Obayiuwana, journaliste pour la BBC et expert du foot africain, écrit:

«Il faut, pour traverser le champ de mines du football nigérian, avoir le cœur bien accroché. Transformer la victoire en défaite et en chagrin [...] est une tradition nigériane bien établie.»

Corruption et scandales

Difficile de savoir par où commencer. Peut-être le fait que l'entraîneur actuel, Stephen Keshi, a gagné la CAN 2013 mais n'a pas été payé pour cette performance?

Il y a aussi le récent scandale de matchs truqués dans le championnat national, avecdes scores ridicules de 79-0 et 67-0. Ou encore le fait que le secrétaire général de la Fédération nigériane a déclaré un jour qu'il était acceptable que les arbitres acceptent des pots-de-vin, du moment qu'ils ne se laissent pas influencer par l'argent.

Ces scandales n'ont rien de nouveau pour un pays qui est devenu le symbole des maux qui tourmentent le football africain. La ligne entre le football corrompu et la politique corrompue est presque invisible. Après tout, le Nigéria est le pays où il y a eu une enquête du Sénat sur la mauvaise performance de l'équipe à la CAN 2008, et le pouvoir exécutif y a déjà pris le contrôle de l'équipe nationale.

Au milieu de tout ça, il est facile d'oublier que le Nigéria a été une puissance sur le terrain, auteure d'une performance admirable à la dernière Coupe des confédérationset dans tous les championnats du monde des moins de 17 et moins de 16 ans. Mais au cours de ses quatre dernières apparitions en Coupe du monde, il n'a jamais dépassé les huitièmes de finale, et n'a plus atteint ce niveau depuis 1998.

Le «moule Makélélé»

Le Nigéria est-il victime de son propre succès chez les jeunes? L'expert tactiqueMichael Cox a analysé la manière dont les clubs européens font souvent signer de jeunes joueurs africains prometteurs et changent leur manière de jouer en leur demandant d'être moins créatifs et plus physiques.

Résultat, la plupart des jeunes joueurs africains sont façonnés pour rentrer dans le«moule Makélélé», en référence à la façon dont l'international français ne dépassait presque jamais le rond central, et deviennent donc des durs à cuire du milieu de terrain plutôt que des attaquants.

John Obi Mikel, le capitaine du Nigéria, est sans doute le meilleur exemple de ce phénomène. Colin Udoh, un journaliste nigérian de premier plan, se souvient:

«[C'était] un jeune garçon bien charpenté, au style langoureux mais absolument majestueux dans son contrôle du jeu [...]. Son jeu était basé sur l'économie de mouvement, la recherche de la bonne passe au bon moment pour débloquer une défense acharnée.»

Mikel est devenu moins bon à Chelsea

Mais quand Mikel a rejoint Chelsea, on l'a forcé à évoluer dans un rôle très conservateur, libérant des joueurs comme Franck Lampard qui pouvaient ainsi dicter le jeu. Quand il est retourné au Nigéria, il était un moins bon joueur. 

«[Il] a perdu la créativité qui l'a catapulté sur la scène mondiale, s'est plaint Samson Siasia, un entraîneur nigérian. Chelsea a détruit le joueur qu'était Mikel.»

Cela semble être la tendance pour plusieurs joueurs de l'équipe du Nigéria. Aujourd'hui, l'équipe joue un football bien organisé mais pas particulièrement créatif.

Reste que le Nigéria, qui a bénéficié d'un groupe à sa portée, pourrait réaliser une percée. S'ils n'y arrivent pas, les Super Eagles rentreront à la maison avec leur cortège habituel d'ingérences, de corruption et de luttes intestines. 

Source

Commenter cet article

Archives