Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comment éliminer les calculs rénaux

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Juin 2014, 00:02am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #MALADIE

Seulement 5% des calculs qui se forment dans les reins s'éliminent spontanément. Heureusement, les médecins disposent désormais de moyens plus efficaces pour nous aider à les faire disparaître.

Comment éliminer les calculs rénaux

Qu'est ce qu'un calcul rénal ?

Les calculs sont des pierres qui se forment au niveau du rein à partir de certains composants de l'urine. Les plus fréquents sont composés de calcium. Mais ceux à base d'acide urique ne sont pas rares. Une concentration urinaire trop élevée (quand on n'a pas bu suffisamment, en cas de chaleur) et des antécédents familiaux les favorisent, en particulier chez les hommes, deux fois plus atteints que les femmes.

 

Une violente douleur

Près de 3% de la population des pays industrialisés est victime, un jour ou l'autre, d'une crise de colique néphrétique. Le plus souvent, la douleur survient de façon soudaine et brutale et la personne se demande ce qui lui arrive. La douleur peut être excessivement forte. Elle apparaît d'abord dans le bas du dos, puis se dirige vers l'avant, vers l'aine et les parties génitales, s'accompagnant souvent d'une grande anxiété et parfois de signes digestifs (nausées ou constipation). Ne trouvant pas de position qui la calme, la personne qui souffre de colique néphrétique ne tient pas en place. Chez 80% des patients, la colique néphrétique est liée à la présence d'un calcul dans le rein ou dans les voies urinaires. Ce n'est pas le caillou lui-même qui fait mal, mais la dilatation des voies urinaires en amont. Une souffrance que les médecins sont en mesure aujourd'hui de beaucoup mieux soulager. 

 

Calcul rénal : soulager la douleur

Le traitement de la crise commence toujours par les anti-inflammatoires. Si la douleur est forte, le médecin injecte le médicament en intramusculaire ou, mieux encore, en intraveineuse. Et si cela ne suffit pas, il ajoute un peu de morphine. Dans la plupart des cas, ce traitement, poursuivi quelques jours, calme peu à peu la douleur, et le calcul finit par descendre. Le malade peut boire et manger normalement. Si tant est qu'il en ait envie...
Les jours suivants, il devra "tamiser" ses urines à travers un filtre à café, afin de recueillir un éventuel calcul ou du "sable", à conserver soigneusement en vue de la prochaine consultation. L'analyse des produits recueillis permet en effet d'identifier le type de calcul et donc de prescrire un éventuel traitement préventif afin d'éviter les récidives.

 

Une sonde pour un drainage temporaire
Lorsque le calcul est tellement gros qu'il se bloque dans l'uretère, l'une des solutions consiste à mettre en place un drainage transitoire de l'urine. Par les voies naturelles, l'urologue introduit un petit tuyau qui se glisse le long de l'uretère et monte jusqu'au rein. Grâce à sa forme particulière (en double J), il reste calé entre le rein et la vessie, permettant à l'urine de s'écouler à nouveau. Ce geste, réalisé sous une brève anesthésie générale, a changé la vie des malades, car non seulement ils sont soulagés, mais ils peuvent rentrer chez eux avec la sonde, qu'ils ne sentent pas. Généralement laissée en place une semaine afin que les voies urinaires cicatrisent en douceur, elle est retirée lors d'une consultation ultérieure. 

 

Comment déloger un calcul rénal

Le principe de la lithotritie extracorporelle

Lorsque les calculs rénaux sont douloureux, il faut les déloger. C'est devenu plus facile avec la lithotritie extracorporelle, le nouveau traitement de référence pour les calculs. Le principe: une onde de choc est créée dans l'eau, transmise à travers l'eau et l'épaisseur du corps, et focalisée sur le calcul récalcitrant, après repérage de celui-ci, ce qui permet sa fragmentation. Il est ensuite éliminé par les voies naturelles.

Au début des années 80, le patient était immergé dans un bain d'eau. Aujourd'hui, il est simplement installé sur des gros coussins remplis de gel. La technique s'est généralisée, mais elle ne peut résoudre tous les problèmes. Elle devient inefficace lorsque les calculs sont trop gros (plus de 2 cm) ou difficiles à localiser en raison de leur situation (derrière un os).

 

Une chirurgie moins lourde
Dans ce cas, le chirurgien est obligé d'intervenir. Si les calculs sont bloqués dans l'uretère, il peut introduire un petit tuyau à leur contact, puis glisser à l'intérieur ce qu'il faut pour le détruire : des ondes de choc, des ultrasons ou un faisceau laser. Les suites de ces interventions sont devenues plus simples grâce à l'utilisation des sondes de drainage. Celles-ci sont mises en place dès que le malade saigne ou que l'on craint une élimination un peu délicate des restes des calculs. Comme précédemment, cette sonde est retirée quelques semaines plus tard, sous simple anesthésie locale. Des progrès qui ont transformé la prise en charge de ces affections. 

 

Calcul rénal : éviter les récidives

Dans la plupart des cas, le manque de liquide provoque les calculs rénaux. Pour éviter les récidives, il donc essentiel est de boire régulièrement, au moins 1,5 litre d'eau par jour, et jusqu'à deux litres lorsqu'il fait chaud. Evitez toutefois de boire du thé glacé en été, car, selon une étude des urologues américains, il semblerait que cette boisson contienne un fort taux d'acide oxalique, qui est responsable de la formation de calculs. Ces urologues conseillent en revanche de boire de la limonade, car le citron élimine les calculs.

Question régime, tout dépend du bilan métabolique, indispensable. Si l'on découvre un excès de calcium dans les urines, deux hypothèses : soit la personne l'assimile trop, et il faut réduire ses apports, soit elle élimine tout le calcium qui passe dans son sang , et un traitement diurétique est indiqué.

La prévention des calculs d'acide urique passe également par un régime adapté. En effet, 7 fois sur 10, les calculs sont dûs à l'alimentation. Notamment un excès en protéines animales et une trop faible consommation en fruits et légumes. 

Source

Commenter cet article

Archives