Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Amour: 7 questions brûlantes sur les préliminaires

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Juin 2014, 01:10am

Catégories : #HOMME-FEMME, #COUPLE

Amour: 7 questions brûlantes sur les préliminaires
1. Combien de temps doivent durer les préliminaires ?
 
On peut constater qu'ils sont intimement associés au plaisir sexuel, car plus leur durée augmente, plus le taux de satisfaction sexuelle est élevé, alors que l'obtention d'un orgasme, elle, est moins liée à cette sensation de satisfaction. Ainsi, quand ils durent moins de cinq minutes, seulement 31 % des personnes interrogées sont satisfaites de leur sexualité, alors que ce chiffre grimpe à 51 % quand les préliminaires dépassent vingt‑et‑une minutes... S'il est une plainte fréquente, c'est celle des femmes qui estiment que leur partenaire est trop pressé, qu'il cherche à passer dès que possible à l'étape suivante, la pénétration, bref, qu'il ne donne pas aux préliminaires tout le temps qu'elles souhaiteraient, les expédiant comme de simples formalités. Cela nuit, parfois très fortement, à leur sexualité car elles ont alors l'impression de n'exister que pour satisfaire les besoins primaires de leur compagnon, elles ne se sentent pas désirées, donc pas désirables, ce qui ouvre la porte aux problèmes sexuels et aux pannes de libido. Alors combien de temps doivent durer ces diverses caresses excitantes ? Réponse : variable ! Autrement dit, le temps qu'il faut pour que les deux partenaires soient au comble du désir et de l'excitation, et qu'ils aient, tous deux, ressenti suffisamment de plaisir pour avoir envie d'une pénétration.
 
 
2. Pourquoi l'excitation est-elle parfois longue à venir ?
 
Se sentir excitée, avoir du désir sexuel, demande de pouvoir s'abandonner en toute confiance dans les bras de l'autre, de lâcher prise, d'être détendue et de ne pas se laisser envahir par des pensées parasites. Cela peut être plus long que prévu. Question d'état d'esprit, d'ambiance... À certains moments du cycle, ou après la ménopause, la lubrification peut être plus longue à survenir, mais quoi qu'il en soit, des caresses appréciées, donc efficaces, sauront toujours atteindre leur but. Toutefois, il peut être judicieux de commencer en douceur, par des caresses qui ne sont pas directement sexuelles et vont provoquer une détente, avant d'aborder les zones érogènes proprement dites, puis encore plus directement, les organes génitaux : cela permet de faire progressivement grimper le bien-être et le désir...
 
 
3. Je préfère les caresses à la pénétration, suis-je la seule ?
 
Beaucoup de femmes sont dans ce cas, et se culpabilisent parfois de n'avoir pas d'orgasme vaginal, alors qu'il est pourtant désormais admis qu'il n'existe pas d'orgasme « meilleur » qu'un autre. Le toucher est le sens le plus important lors des rapports sexuels, et les caresses font chavirer le cœur des femmes souvent plus intensément que la pénétration.
 
 
4. Il est trop pressé, comment lui faire comprendre ?
 
En lui disant, tout simplement ! On peut freiner l'homme trop pressé, car sans doute trop excité, en lui demandant de continuer ses caresses, parce qu'on les aime et qu'on en jouit, et, parallèlement, en calmant physiquement ses ardeurs, grâce à des caresses moins directement sexuelles qui vont faire redescendre sa pression. Cette minifrustration, il apprendra rapidement à l'apprécier car son plaisir n'en sera ensuite que plus fort et intense. Promettez-le lui, il a tout à y gagner !
 
 
5. Comment faire pour qu'il nous caresse comme on aime ?
 
La meilleure façon d'être comblée par ses caresses, c'est de lui dire, de lui expliquer et de lui montrer, ce que vous appréciez. Ne laissez pas votre partenaire dans le brouillard en pensant qu'il va deviner comme par enchantement vos désirs les plus secrets. Cela n'a rien de certain, loin de là, et quand on ne demande rien, il ne faut pas se plaindre d'être mal comprise. Si vous le trouvez un peu maladroit, c'est à vous de lui expliquer (gentiment) ce que vous aimez et attendez de lui, et même comment il doit s'y prendre avec vous, surtout si vous vous connaissez depuis peu : vous ne fonctionnez pas forcément comme sa ou ses partenaire(s) précédente(s), et inversement, il réagit peut-être différemment que vos ex-compagnons de jeu. Si vous avez du mal à aborder le sujet oralement, n'hésitez pas à le faire par le biais d'un magazine ou d'un livre, que vous lui montrerez en lui disant :« C'est exactement moi ». Soyez sûre qu'il comprendra le message...
 
 
6. Quelles sont les caresses les plus excitantes ?
 
Vous êtes la seule à le savoir, car ce qui vous excite, vous, au plus haut point, peut laisser une autre beaucoup plus tiède, voire quasiment indifférente. C'est bien pour cette raison qu'en matière de sexualité, il n'existe pas de recette miracle...
 
L'essentiel est que vous sachiez ce qui déclenche votre plaisir et votre excitation, et que vous en fassiez profiter votre partenaire. Toutefois, il est quand même établi que les massages, les baisers et les caresses orogénitales figurent en tête de liste des « gâteries » les plus appréciées...
 
 
7. Comment fait-t-on...
 
- Une « branlette » : pratiquez une caresse douce mais appuyée et rythmée, sur toute la longueur du sexe, en vous interrompant de temps à autre pour que votre partenaire puisse contrôler son excitation et retarder son éjaculation. Effleurez le fourreau du bout des doigts, ou empoignez-le fermement et faites-le glisser dans votre main de sa base jusqu'au gland, sans desserrer la pression. Les zones les plus sensibles sont le gland et les deux « points d'érection » : l'un est situé juste à la base du fourreau entre les deux testicules, l'autre dans le périnée, à la racine de la verge. Vous pouvez les stimuler en les pressant fermement et rythmiquement avec la pulpe d'un doigt.
 
- Une fellation : c'est la caresse préférée des hommes et plus d'un quart d'entre eux souhaiteraient en bénéficier plus souvent. L'idéal : permettre à votre partenaire de vous observer (les hommes sont très visuels en matière de sexe) en vous mettant à genoux devant lui. Votre langue va lécher doucement le haut du gland, puis glisser, faire le tour, et titiller le frein (bride qui amarre le prépuce) avant de s'engager dans une succion plus large du fourreau, qui sera léché de haut en bas, surtout sur sa face inférieure, la plus sensible. Puis, la langue suce le pénis et s'enroule autour de lui en le faisant aller et venir dans votre bouche. Simultanément, vos mains caressent ses testicules.
 
- Un cunnilingus : comme pour les caresses manuelles, mieux vaut ne pas stimuler directement le clitoris, surtout au début, mais au contraire le laisser encapuchonné et s'attarder sur le reste. La bouche va lécher et aspirer les grandes lèvres, puis sucer les nymphes et le vestibule (peaux intimes de la vulve), titiller de la pointe de la langue la papille du méat urinaire, puis s'attarder sur l'entrée du vagin. La langue peut pénétrer le vagin pour caresser sa face antérieure en effectuant de petits va-et-vient. Le clitoris sera aspiré doucement, sucé comme un mamelon de sein, roulé sous la langue, avec beaucoup de légèreté. 

Commenter cet article

Archives