Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Wall Street. Max Keiser: « les banquiers sont tués par d’autres banquiers pour toucher l’argent de l’assurance »

Publié par MaRichesse.Com sur 20 Mai 2014, 18:17pm

Catégories : #NEWS, #ARGENT

Wall Street. Max Keiser: « les banquiers sont tués par d’autres banquiers pour toucher l’argent de l’assurance »

Parler de “la jungle de Wall Street”, c’est faire bien de l’honneur à Wall Street et rendre bien peu justice à la jungle. En effet, on y trouve, dans la seconde, au moins une loi, – la “loi de la jungle”, – qui est une loi de nature, tandis que la nature de Wall Street aujourd’hui est de n’en avoir point, de loi, de rejeter le concept de loi littéralement comme on vomit, révulsé, soulevé par l’horreur de cette évocation. Ce n’est pas Max Keiser qui démentira cette rapide description, lui qui fut incontestablement un “homme de Wall Street”, et qui s’avéra suffisamment cynique dans le bon sens et lucide à la fois pour s’en faire le dénonciateur tonitruant et talentueux. (Ce qui montre bien que l’homme en général, éclairé par l’exemple de Keiser, n’est pas enchaîné à la part terrestre, ou disons la partie-Système, de son destin.) Keiser opère régulièrement sur Russia Today (le “Keiser Report”, nom de son émission), d’une façon et sur un ton qui ne s’imposent aucune contrainte de convenance, ce qui fait penser sinon croire fortement qu’il est assuré qu’aucune chaîne de télévisionUS n’aurait l’inconscience et l’imprudence-Système de le programmer régulièrement. Autant, si c’est le cas, pour RT et la puissante liberté de la presse régnante aux USA.


Dans sa chronique écrite accompagnant sur le site de RT son émission, à la date du 14 mai 2014, Keiser commence par évoquer en passant les “suicides” de banquiers de Wall Street, qui ont en général l’avantage d’alimenter en plantureuses primes d’assurance les établissements bancaires concernés. (Voir le 29 avril 2014.) Keiser ne discute pas une seconde cette version, tant elle lui paraît naturelle à la culture de Wall Street, et il enchaîne directement sur le principal sujet de sa chronique («Should we be surprised by this banker-on-banker death scam? After all, wasn't this what 9/11 was all about?»).


L’aspect de 9/11 auquel Kieser nous invite à nous intéresser est l’une des très rares circonstances incontestables dépendant d’un cercle du Système hors de la communauté de sécurité nationale, et qui implique quasiment sans aucun doute qu’une information circulait dans les milieux de Wall Street avant l’attaque, concernant certains aspects très précis de l’attaque. En effet, il y eut des manipulations massives des actions des deux compagnies aériennes (American Airlines et United Airlines) dont les avions furent utilisées pour l’attaque, selon l’idée évidente que cette circonstance conduirait à un effondrement temporaire de leur situation boursière, – ce qui fut le cas.


(C’est une circonstance aujourd’hui quasiment admise et publiquement citée, sans bien sûr que toutes les conséquences en soient évoquées, notamment pour ce qui concerne la vérité de la situation de 9/11 par rapport à la narrative officielle. Dans le film de Steven Soderbergh, Effets collatéraux de 2013, – voir Side Effect sur Wikipédia, – l’intrigue qui concerne les milieux psychiatriques US et l’usage des antidépresseurs repose sur une manipulation boursière largement inspirée de ce qui s’est passé à Wall Street avec American et United en corrélation avec 9/11. C’en est au point que l’acteur Jude Law, qui interprète le rôle du psychiatre Jonathan Banks victime du montage, s’exclame en citant le cas des manipulations boursières pré-9/11 lorsqu’il comprend la logique de l’opération dont il est la victime.)


Dans sa chronique, lorsqu’il en vient à évoquer 9/11, Keiser introduit un nouveau livre de James Rickard, «‘The Death of Money’ (read: ‘Death of Bankers’)», qu’il connaît fort bien et qui est comme lui un “homme de Wall Street” exploitant et exposant les manipulations et coups fourrés de cette pseudo-“jungle” dans son travail d’auteur et de commentateur. Ce nouveau livre commence «with a timeline starting three days before the 9/11 attacks on the Twin Towers and describes them from a first-person account from inside the CIA, which was monitoring trading on airline stocks (specifically ‘put options’), from traders who were profiting from the 9/11 disaster». Le jugement de Keiser sur ce nouveau livre est qu’il constitue une pièce très importante, de la part d’une source dont nul ne peut discréditer la compétence, avec des détails tout aussi convaincants, sur cet aspect de l’attaque 9/11.


«If anyone has the inside track on the Wall Street-Washington corridor of corruption, it's Mr. Rickards. And in his new book, he provides an eyewitness account of 9/11 insider 'terror trading' that was missing from the government's own report. Rickards is an unimpeachable source, and he has done a great service by blowing the whistle on this scandal, at least partially.»


Keiser s’attarde, en connivence avec Rickard qui partage la même analyse, sur le cas de l’effondrement de la firme d’investissement Drexel Burnham Lambert et du scandale Ivan Boesky (qui inspira le personnage de fiction Gordon Gekko, dans le film Wall Street, d’Oliver Stone), tout cela dans les années 1980. Pour les deux hommes, il s’agit de la circonstance d’où tout est né dans la séquence historique qui a atteint son paroxysme avec 9/11 et dont nous vivons aujourd’hui les soubresauts d’une formidable intensité ... «[The] seminal moment in establishing the modern, post-regulatory environment on Wall Street, where virtually anything goes and laws are either ignored, rewritten, or created on the spot to manage and profit from the avalanche of insider trading, market manipulation, back room dealing, larceny, forgery, extortion, and other crimes that are the hallmarks of American finance today.» Bien entendu, cette “culture” est toute entière présente dans le récit de Rockard des circonstances mêlant intimement Wall Street et 9/11, telles que les rapporte Keiser. Tout le monde est à sa place : Wall Street, le délit d’initié porté à son extrême événementiel, la CIA & compagnie... (Nous nous sommes permis tout de même d’introduire un souligné en gras, histoire de rappeler la fascinante et hollywoodienne chronologie de cette histoire.)


«Both Rickards and I agree that judging by the price action and volume in the options market ahead of the 9/11 attacks, it was clear we were witnessing insider trading. I was one of the biggest producing option brokers when I worked on Wall Street, keep in mind, so I am very familiar with that market. The put options before the disaster were trading like you would expect them to do after a disaster, not before. It was very obvious that advanced knowledge of the attacks was circulating amongst traders. The options market was in fact screaming insider trading, and brokers and bankers were talking about it in the days leading up to the attacks.


»Rickards' information timeline in his book almost exactly mirrors the stories I was hearing at the time, when talking to brokers who had heard of, and in some cases were trading, based on this rumor of an impending airline disaster.


»Rickards quotes Buzzy Krongard in his book, deputy chairman of the CIA, who was also the former head of Alex Brown – a firm that factors significantly in the story. I used to work for Buzzy at Alex Brown and I still keep in touch with my former colleagues, some of whom were ‘buzzing’ about the action in airline puts. Additionally, a company I started in Los Angeles, a dot-com, had been sold to a Wall Street broker just a few months before the attacks and the company had relocated their acquisition to the top floor of the World Trade Center. I was in touch with employees who were also ‘buzzing’ about the put option frenzy in airline stocks, and they cited Alex Brown as the source of the rumors. (They were ironically speculating on their own demise, as we were to find out later).


»Coyly, Rickards wants us to believe that the original 'terror traders' – the original airline put option buyers – started buying put options somewhere other than Washington DC or Wall Street. Without much by way of explanation, he suggests that there is no way of knowing for sure where these trades originated, who did the trades, or how to track them. This of course is wrong. All trades are cleared via the OCC (Option Clearing Corporation) and are routed in ways that leave a paper trail that is easily examined and reconstructed. Why is Rickards evasive on these points? Take a close look again at his resume; he is not going to point the finger at the CIA even though there is overwhelming evidence to suggest the trades originated there. So be it. We can read between the lines. To highlight just one obvious point missing in his narrative: millions of dollars worth of profits from 9/11 insider trading still sit uncollected in an Alex Brown account (now owned by Deutsche Bank) in Baltimore, just down the road from the CIA's HQ at Langley.


»Rickards claims these trades originated “by unknown traders working overseas somewhere,” and this is clearly a dodge. But let's focus on the fact that Rickards at least has repudiated the government's claim that there was no insider trading at all. For this I take my hat off to him.


»For some, the 9/11 story has faded into history and they consider it not terribly interesting anymore, but I think it's important to keep in mind the ruthlessness of bankers on Wall Street today who are now apparently killing each other for the insurance money and who, we can now say with some certainty, were trading options to cash in on their own deaths on 9/11. This is the Wall Street culture that is tearing America apart. This is the Wall Street disease that is undermining America's ability to control events around the world.»


Il est extrêmement intéressant et éclairant à la fois que Keiser évoque cette question de l’implication de Wall Street, et des récents “suicides” de banquiers, selon une approche culturelle bien plus que financière et technique. Le renvoi aux années 1980 et à la circonstance des scandales Drexel-Boesky comme, disons, à “l'une des sources de tous les maux” de la séquence historique que nous vivons, est également de type culturel. Elle se réfère à la “révolution reaganienne” qui fut effectivement d’ordre culturel (et psychologique) en entérinant le mouvement de “contre-attaque” après les années 1960 du Big Business et du capitalisme (mais aussi des conceptions déstructurantes de politique extérieure avec l’apparition desneocons), – cette contre-attaque dont le premier appel aux armes en forme de consigne fut le Manifeste Powell de 1971. C’est avec les années Reagan que le capitalisme, avec Wall Street et le reste, trouva (retrouva puisque comme une réplique du Gilded Age des années 1865-1890) son visage de complète sauvagerie, d’anarchisme, de refus des lois, qui le transforma en une dynamique absolument déstructurante et dissolvante. Ce n’est pas l’argent qui est coupable, certes, mais ce que le Système, qui est évidemment au cœur de cette transformation, a réussi à faire de l’argent, secondairement après ce qu’il a réussi à faire des psychologies qui restent la voie d’accès fondamentale de sa perversion vers la raison humaine. Le reste suit dans une implacable et impeccable logique, – et fait prévoir, en même temps, la mort par autodestruction de cette dynamique, mort inéluctable par ses excès, par sa barbarie, – lesquels auraient fait hurler d’indignation les Rockefeller, Ford et autres Pierpont Morgan du début du XXème siècle, qui savaient discipliner leur puissance dans des normes qu'ils s'imposaient à eux-mêmes, des structures propres, permettant à cette puissance de s’établir dans la durée.


Cette implication de Wall Street dans 9/11 n’est donc pas un “complot dans le complot”, pour ceux qui s’intéressent à cette problématique, mais le produit d’une culture et d’une psychologie évidemment bien établies. Bien entendu, l’événement est fondé sur des fuites concernant l’attaque, impliquant que cette attaque était connue dans certains services (CIA en premier) et dans certains réseaux, ce qui est une évidence bien entendu. L’intérêt des révélations de Rickards se trouve finalement moins dans ce qu’il nous apporte sur la question des pratiques de Wall Street, et moins dans ce qu’il nous apporte sur la question de l’attaque 9/11, que dans ce qu’il nous apporte d’informations et de réflexions suggérées pour la réalisation de ce qu’est exactement Wall Street par rapport aux USA et au Système : non pas le deus ex machina, non pas l’esprit caché du “complot”, non pas le manipulateur-en-chef des marionnettes de service, – non pas la clef du Mystère enfin mais bien une partie intégrante de la culture-Système qui est quasiment fondamentale aux USA, et qui constitue la machinerie de développement de l’américanisme au sein du Système. Goldman Sachs qui a fourni plus de secrétaires au trésor que toutes les universités US mises ensemble, Disney-sur-Hollywood et les leçons de morale de Steven Spielberg qui soutient Obama le lanceur de drones, les neocons soutenus par Lockheed Martin, la NSA qui couche dans le même lit que Google, tout ça c’est la même boutique... Ils ne sont pas tous mauvais et même aucun ne l’est complètement, mais ils en sont tous en partie, pour une partie d’eux-mêmes, – «Ils n’en mouraient pas tous mais tous étaient touchés...»

http://www.dedefensa.org/article-la_jungle_de_wall_street_des_suicides_9_11_15_05_2014.html 

Source

Commenter cet article

Archives