Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Elaboration d'un gène "suicide" contre le cancer

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Mai 2014, 14:38pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #CANCER

Elaboration d'un gène "suicide" contre le cancer



La thérapie génique est une piste très sérieuse pour traiter les pathologies chroniques, notamment le cancer. Dans ce domaine, une équipe Inserm* vient d’apporter une nouvelle pierre à l'édifice grâce à la mise au point d'une approche totalement inédite. Dans une étude publiée sur le site du National Center for Biotechnology Information, ces derniers expliquent avoir conçu un gène capable de transformer une molécule chimique déjà utilisée en cancérologie en composés toxiques pour la tumeur. Un procédé qui a déjà permis d'éradiquer des cancers pulmonaires chez la souris.


Depuis des années, ces chercheurs travaillaient sur le moyen de transformer le cyclophosphamide, une molécule utilisée comme traitement auprès de patients cancéreux, en composés encore plus toxiques. L’objectif est en outre de faire en sorte que cette molécule n'agisse que sur le site même de la tumeur, afin de préserver les cellules saines de l’organisme de la toxicité du traitement. Ils ont alors eu l'idée d'utiliser un gène pour effectuer spécifiquement cette transformation. Pour tester la fiabilité de cet outil, ils ont introduit le gène dans des cellules de cancer pulmonaire en laboratoire.


Encore du travail avant de passer chez l'homme


Ces cellules ont ensuite été injectées à des souris, qui ont fini par développer des tumeurs. Lorsque ces tumeurs sont devenues assez volumineuses, les chercheurs ont administré aux animaux quatre injections de cyclophosphamide (une injection par semaine). Résultat : toutes les tumeurs ont été éradiquées, sans aucune rechute au cours des semaines qui ont suivi l'arrêt du traitement. "Grâce à ce gène suicide optimisé, le cyclophosphamide est très efficacement transformé en composés toxiques, et ce dans la tumeur elle-même", explique Isabelle de Waziers, co-auteur des travaux.


Encouragés par ces résultats positifs, les chercheurs tentent maintenant d’adapter cette stratégie anticancéreuse à l’homme. Ils travaillent actuellement sur le meilleur moyen d'introduire le gène dans les tumeurs des patients. Deux pistes sont à l’étude : via l’injection de virus rendus inoffensifs directement dans la tumeur, ou via l’injection de cellules-souches dans la circulation sanguine. Si ces étapes sont franchies avec succès, ces travaux pourraient donner naissance à de nouveaux traitements contre des cancers dont le pronostic reste sombre pour la majorité des patients.


* Institut national de la santé et de la recherche médicale 

Source

Commenter cet article

Archives