Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 conseils pour être heureux comme un enfant

Publié par MaRichesse.Com sur 31 Mai 2014, 18:20pm

Catégories : #DEVELOPPEMENT, #SANTE-BIEN-ETRE, #RELATIONS

10 conseils pour être heureux comme un enfant

Ils rient, sont curieux, s’émerveillent… Et si nos tout-petits détenaient les secrets du bonheur? Allez, on met en pratique ces 10 conseils tout simples pour redevenir heureux comme un enfant! 

 

1. On vit le moment présent

Enfant, on est dans l'ici et maintenant. On perd cette faculté en vieillissant. On est si préoccupée par nos soucis et nos responsabilités qu'on en oublie d'apprécier l'instant présent. Le dimanche nous rappelle que le week-end achève et le repas au restaurant, que cela coûte cher, etc. Stop! On profite à fond des situations où on se sent bien, en chassant les pensées négatives dès qu'elles surviennent.

 

2. On savoure les petits bonheurs

Les enfants se réjouissent de peu, même de ce qui apparaît anodin à nos yeux d'adulte. C'est ainsi que le retour de ses parents après le travail peut susciter une joie débordante chez le tout-petit! Mission: trouver du plaisir dans les choses simples ou qu'on tient pour acquises, comme boire notre premier café du matin, promener le chien, retrouver les membres de notre famille à la fin de la journée, etc.

 

3. On s'émerveille 

Les petits se réjouissent de tout parce qu'ils posent un regard neuf sur le monde. Ils sont curieux, veulent découvrir, explorer. On essaie de faire comme eux. Par exemple, on se rappelle combien on était joyeuse, enfant, quand il neigeait. Il n'y avait que de bons côtés: glissades, bonshommes de neige, congé d'école... La capacité d'émerveillement est l'une des clés du bonheur. Il faut en prendre soin comme d'un trésor. Sans compter qu'associée à la curiosité, elle nous incite à élargir nos horizons et, du même coup, à cultiver notre intérêt pour la vie.

 

4. On joue tous les jours

Avant de commencer l'école, les enfants passent leurs journées à faire des choses agréables comme jouer, dessiner, bricoler. On les imite et on consacre du temps chaque jour à une activité qu'on aime. Que ce soit courir, prendre un bain aux chandelles, lire, tricoter, jouer à un jeu de société, peu importe, pourvu que cela nous fasse du bien.

 

5. On rit

Les enfants riraient en moyenne 400 fois par jour. Les adultes? Une quinzaine de fois. Le rire est pourtant un bon moyen de voir la vie plus positivement. Alors, on multiplie les occasions de rigoler: on regarde une comédie, on raconte à notre entourage un moment où on a eu l'air fou, on surprend nos enfants en leur jouant des tours, etc. 

 

6. On oublie vite les chicanes

Le lendemain d'une grosse chicane, les enfants redeviennent les meilleurs amis du monde. Les adultes, au contraire, ont tendance à cultiver leurs rancoeurs. Et si on essayait la réconciliation? On se sentirait tellement plus légère! 

 

7. On voit nos amis

Des amis, les enfants en ont des tas. Les autres enfants de la garderie, les petits voisins, même les enfants qu'ils ne connaissent pas: «Maman, pourquoi l'ami pleurait à l'épicerie, tout à l'heure?» Et le week-end, ils nous supplient d'appeler un ami pour jouer. Nous aussi, on fait un peu de place chaque jour à nos amitiés. Et la fin de semaine, on appelle nos amis pour jouer.

 

8. On bouge

Les enfants ne tiennent pas en place. Ils sautillent, courent, font des pirouettes. Ils ont besoin de se dépenser physiquement parce que ça fait du bien. Et quand on se sent bien dans notre corps, on est plus heureux! À preuve, l'activité physique intense libère des endorphines, ces hormones dites du bonheur... On bouge?

 

9. On ne tient pas compte de ce que pensent les autres

Combien de fois s'empêche-t-on de vivre quelque chose parce qu'on craint d'être jugée, mal perçue, de décevoir? Les jeunes enfants ne se soucient guère de ce que les autres vont dire. Ils sautent dans les flaques d'eau, portent des vêtements dépareillés, et ce n'est pas la fin du monde. On essaie de s'écouter davantage, nous aussi! On ose dire non à l'invitation qui nous ennuie, s'offrir un samedi après-midi de farniente (tant pis pour le ménage), accepter l'offre d'emploi qui nous allume même si cela signifie une baisse de salaire.

 

10. On s'accepte

Quand un petit enfant apprend à marcher et qu'il tombe, pense-t-il qu'il est un incapable? Non. Il se relève et recommence. Il a intuitivement confiance en lui. En grandissant, cette bienveillance envers nous-même diminue: on se critique, on se juge, on ne se donne pas le droit à l'échec. Mais comment prétendre au bonheur sans un minimum d'estime de soi? Notre objectif: faire taire la petite voix intérieure qui nous dévalorise, être plus tolérante envers nous-même, s'encourager. Autrement dit, devenir notre meilleure amie! 

Source

Commenter cet article

Archives