Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 bonnes raisons de se moquer du regard des autres

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Mai 2014, 01:17am

Catégories : #DEVELOPPEMENT, #RELATIONS

10 bonnes raisons de se moquer du regard des autres

Une difficulté que je rencontre fréquemment chez mes clients, qu’ils soient salariés, indépendants, managers ou chefs d’entreprise c’est d’affronter sereinement le regard des autres. Voici 10 excellentes raisons de ne plus nous préoccuper d’un juge qui existe avant tout dans nos têtes. 

 
 

Regard des Autres, juge suprême

 

Le regard des autres nous intimide, nous impressionne, il influence nos opinions comme nos comportements. Il devient rapidement une sorte d’entité autonome – les Autres – dont l’oeil impitoyable serait à l’affut du moindre manquement, du plus petit défaut, pour nous mettre ensuite au pilori, voire au banc de la société. Le juge suprême.

 

Et comme – curieusement? – les Autres partagent nos craintes, nous nous retrouvons au beau milieu d’un carnaval dans lequel chacun observe les autres avec inquiétude, depuis la protection de son masque…

 

Du coup, nous passons beaucoup de temps à passer nos comportements au moulin à jugement avant d’agir et l’écart entre ce que nous sommes, ce que nous voudrions bien pouvoir être et l’image que nous nous efforçons de donner se creuse jusqu’à atteindre des proportions dignes du Grand Canyon. Vachement coûteuses en énergie, hein, toutes les fois où nous pensons devoir franchir ce gouffre, pour plaire, pour nous épargner le rejet etc.

 

 

Se libérer du regard des autres

 

Voici donc dix bonnes raisons de se moquer de ce regard fatigant. Attention cependant: l’objectif est de minimiser l’impact du regard des autres sur nous, afin d’autoriser ce nous-même bien caché au fond de sa caverne à sortir de son hibernation et à s’exprimer avec moins d’anxiété. Parce que c’est bon pour l’estime de soi. Il ne s’agit pas de gonfler l’égo jusqu’à ce que nous soyons persuadés que nous pouvons faire absolument tout ce qui nous plaît sans nous préoccuper de nos contemporains.
D’autre part, parce que ce sont des raisons, ces affirmations sont raisonnées (ça, c’est de la révélation), elles sont le fruit d’un raisonnement logique. Du coup, si elles peuvent apparaître parfaitement vraies, cela ne signifie pas qu’il nous soit facile d’y croire, tant l’écart entre la raison et les tripes est parfois vaste. L’idée est donc de proposer une autre façon de voir les choses, de façon à ébranler les convictions limitantes qui génèrent notre anxiété face au regard des autres.

 

 

1- Le jugement des Autres, c’est le nôtre

Nous généralisons aux autres notre propre système de valeurs et d’évaluation de ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Ainsi, si nous pensons que montrer ses émotions est un signe de faiblesse, nous avons tendance à nous imaginer que les autres le pensent aussi. Et vous savez quoi? Souvent nous avons tort!

 

 

2- Les Autres jugent… ni plus ni moins que nous-mêmes

Souvent, la peur d’être jugé est directement proportionnelle à notre propension à juger. Pour la raison mentionnée dans le 1: si je juge de façon systématique les faits et gestes des autres, alors il y a de fortes chances pour que je sois persuadé(e) que les Autres font pareil.

 

 

3- L’impact négatif du jugement des Autres est quasi nul

Si nous mesurons aussi objectivement que possible l’impact réel du jugement des Autres sur notre vie, il est très faible. Faites le test:

  • Que se passera-til vraiment si les Autres voient ce que vous cherchez à leur cacher?
  • Si Tartempion pense que vous n’êtes pas aussi grand, beau et fort que vous devriez l’être; quelles sont les conséquences réelles?
 
 
 

4- L’acceptation de soi nous rend beaux et sympathiques

Accepter ce que nous considérons comme des défauts ou des manquements nous rend profondément humains: nous sommes comme tout le monde, imparfaits et faillibles, et ça c’est tellement rassurant pour nos concitoyens (et pour nous aussi). En d’autres termes, l’estime de soi, c’est la beauté des laids. Du moins de ceux qui ont réussi à se persuader qu’ils le sont;)

 

 

5- Les Autres nous veulent du bien

A quelques rares exceptions près, les gens que nous cotoyons au quotidien au mieux nous veulent du bien, au pire ne nous veulent pas de mal. Et perdus que nous sommes dans les méandres obscurs de la trouille, des flubes, des miquettes et autres chocottes, nous oublions que la bienveillance et à l’autre bout de la ligne l’indifférence, sont plus courantes que la médisance et la méchanceté. Et que la médisance parle de ceux qui la pratique et non pas de ceux qui la subissent.

 

 

6- L’importance que nous donnons au regard des Autres, c’est autant de pouvoir

Pas plus compliqué que les vases communicants: plus j’accorde de l’importance au jugement d’autrui, plus mon propre jugement perd de la valeur. C’est comme ça que nous donnons aux Autres le pouvoir de déterminer notre valeur. Adieu, estime de soi. Brrr, ça fait froid dans le dos. Apprenez donc à vous valoriser, plutôt qu’à attendre l’approbation du juge suprême.

 

 

7- C’est de la lecture de pensée

… et nous ne sommes pas bétazoïdes. Nous ne savons pas ce qui se passe dans la tête de l’autre et même si nous le connaissons bien, il pourrait bien nous surprendre. S’imaginer ce que les Autres pourraient penser, c’est une sacré perte de temps et d’énergie. Et carrément contre-productif, car la plupart du temps, nous donnons dans l’interprétation abusive et nous nous plantons royalement.

 

 

8- Focaliser sur le regard des Autres, c’est les ignorer

A première vue, celle-ci peut paraître contradictoire, mais pas du tout. En focalisant sur ce que je crois (car au fond j’en sais rien, voir 7) que les Autres vont penser de moi, je nie leur capacité à émettre des jugements qui leur sont propres, à avoir leur propre système de valeurs. Je ne fais que projeter les miens, je ne leur laisse pas de place pour exprimer qui ils sont. Un bon moyen de se pourrir les relations!

 

 

9- Les jugements des Autres n’engagent qu’eux

Ce qu’ils pensent n’appartient qu’à eux, dans la mesure ou leurs opinions et jugements se fondent sur leur système de valeurs, de convictions et de perceptions qui n’a rien d’universel. Ce qui signifie qu’eux aussi ont de fortes chances de pratiquer l’interprétation abusive, le jugement hâtif etc.

 

 

10- Se soumettre à un dictateur, et puis quoi encore?

Accorder beaucoup d’importance au regard des Autres, c’est se soumettre au diktat d’une échelle de valeur qui ne nous appartient pas. Nous valons mieux que ça!

 

 

Et en bonus, un peu d’auto coaching: faire du regard des autres un allié

Une bonne partie des Autres peut potentiellement rejoindre les rangs de nos relations et connaissances, et ainsi nourrir le sentiment de reconnaissance et d’intégration sociale. Du coup, autant chercher les signes de ces nourritures que de perdre son temps avec les signes du jugement. 

Source 

 

Lire aussi: 

Commenter cet article

Archives